Secret Story 9 : Le Debrief versus Le Mag ?

Passé en deuxième partie de soirée (de 23h30 à 1h30) ce vendredi 28 août 2015, le deuxième prime de Secret Story 9 a réuni 1,1 million de téléspectateurs, soit 17,4 % de part du marché. La télé-réalité d’enfermement phare de TF1 a donc encore perdu de l’audience; quasiment 1 million de téléspectateurs par rapport à la semaine précédente. On est loin du show animé par Benjamin Castaldi, malgré les efforts de l’animateur Christophe Beaugrand (qui n’a au demeurant pas la fougue de son prédécesseur) pour tenter d’assurer une pérennité au programme. Quant aux quotidiennes diffusées sur NT1, elles auraient en moyenne cumulé une audience tournant autour des 692 000 téléspectateurs. Prolongeant les quotidiennes, la nouvelle émission « Le Debrief » aurait pour sa part enregistré une moyenne de 539 000 spectateurs.

Reprenant quasiment à l’identique le même dispositif que Le Mag, animé par Matthieu Delormeau sur NRJ12, Le Debrief tente donc de « faire son beurre » sur le grossissement à outrance de quelques pseudos événements (déjà rabâchés dans les quotidiennes) qui se seraient déroulés dans la Maison des Secrets et sur l’invitation d’anciens candidats de télé-réalité. En recyclant de la sorte le concept proposé par Le Mag, TF1 et NT1 chercheraient-ils à faire de l’ombre au programme de Matthieu Delormeau, à piquer son audience à NRJ12 ou à se venger du recyclage que la chaîne opérait déjà sur le dos des candidats de Secret Story ? En tout cas, cette façon de procéder rapproche de plus en plus Secret Story du niveau des Anges de la télé-réalité, tant par rapport au dispositif mis en place qu’ à l’audience enregistrée. Néanmoins, Christophe Beaugrand et sa nouvelle équipe (composée de Julie Taton, Adrien Lemaître et Leila Ben Khalifa) pourront se targuer, pour le moment, de faire du NRJ12 à son meilleur, puisque le score le plus élevé enregistré par Le Mag aurait avoisiné les 630 000 téléspectateurs. Parions cependant qu’NRJ12 réserve quelques ripostes. En effet, malgré le départ de Matthieu Delormeau en Juillet 2015, Le Mag revient, ce lundi 31 août, avec une « nouvelle formule ». Ce sont donc Benoît Dubois (l’ex-gagnant de Secret Story 4) et Capucine Anav (participante de Secret Story 6) qui reprennent le flambeau légué par leur cher « papa Delormeau ».

La guerre pour l’audience d’une télé-réalité, exploitant l’image de jeunes gens formatés à la culture télévisuelle, semble donc déclarée. Et, à moins que ces émissions ne réussissent encore à créer quelques clones auprès de téléspectateurs prêts à envahir coûte que coûte les plateaux tv ou les émissions de télé-réalité pour accéder eux aussi à quelque illusoire place au soleil, parions que cette sorte de rivalité fraternelle finira par signer la fin de l’ère de ces programmes qui semblent dorénavant prêts à s’entretuer…

Secret Story 9 : le début de la fin ?

Comme nous l’avions prévu, l’audience n’était pas vraiment au rendez-vous ce vendredi 21 août sur TF1 lors du lancement de la neuvième saison de Secret Story. Selon certains médias, ce premier prime constituerait même « le pire lancement » de l’histoire de l’émission. La télé-réalité d’enfermement fétiche de TF1 s’est en effet fait devancer par Fort Boyard, diffusé sur France 2 et, pire encore, par un documentaire sur Joe Dassin, diffusé par France 3 ! Il faut croire que « l’été indien » ne réussit pas à ce programme estival, arrivant cette année un peu tardivement… Endemol et TF1 seraient-ils entrain de vivre quelque coucher de soleil sur l’un de leur programme phare ? En tout cas, il faut croire que les téléspectateurs ont préféré prolonger la nostalgie des vacances d’été, plutôt que d’assister à quelque rentrée placée sous le signe de l’hystérie de candidats branchouilles et formatés aux critères clinquants de l’esthétique télévisuelle. Candidats, qui, au demeurant, eux, vont pouvoir se payer le luxe de prolonger de quelques mois leurs vacances, pendant que le commun des mortels reprendra le rythme « métro-boulot-dodo » ! Mais peut-être que le commun des mortels commence justement à se lasser des privilèges stériles des gens de la télé…

Il semble en effet loin le temps où la curiosité avait réuni 5 millions de téléspectateurs devant le lancement du Loft. Avec seulement 2,16 millions de fidèles, soit 12,9 % de part du marché pour son lancement, Secret Story 9 risque bien d’entrer dans quelque chute libre … Parions que les producteurs de l’émission tenteront néanmoins d’alimenter quelques « Buzz », notamment en jouant sur la plastique de leurs marionnettes enfermées. Ça commence d’ailleurs déjà avec les seins et les fesses de l’une des candidates, l’italienne Claudia Romani, apparemment rodée aux selfies sur les réseaux sociaux. Mais peut-être que le public commence également à se lasser des bimbos formatées ?

En attendant, les soi-disant « surprises » au niveau des secrets des candidats et règles du jeu inédites, promises par la production, ne ressemblent qu’à de pâles copies de ce qui a déjà été vu et revu… Au programme, la production tente donc à nouveau de jouer sur la séparation d’un couple, en envoyant le mec de la bimbo à gros seins en question à Doubaï avec une blonde dans le but de chercher quelques pseudos indices, qui résonnent surtout comme des prétextes pour alimenter un scénario prévu à l’avance. Les candidats se voient également séparés dans deux maisons distinctes (ça commence un peu plus tôt que d’habitude mais chaque année c’est la même chose…). Et pour finir, une ancienne candidate, soi-disant méconnaissable teinte en brune, s’est infiltrée « incognito » dans la maison parmi les petits nouveaux (la prod était-elle à ce point à court de secrets et de candidats ?). Remarque, le coup de la teinture pour monter un secret de toutes pièces, ça aura peut-être l’avantage de permettre à TF1 et Endemol d’anticiper sur les économies à faire en cas de disette d’audience… Car, apparemment, les navets ne passent plus…

Lancement de la neuvième saison de Secret Story

Cette année 2015, l’été sur TF1 se sera quasiment entièrement déroulé sans candidats filmés entrain de passer quelques pseudo-vacances à s’ennuyer ou à s’étriper devant des caméras, pendant qu’ils sont enfermés dans quelques Loft ou « maison des secrets », dans laquelle règne une atmosphère de faux-semblants saupoudrée d’une pointe de paranoïa. En effet, depuis le départ de Benjamin Castaldi, l’animateur vedette de Secret Story, la neuvième saison de cette emblématique émission de télé-réalité d’enfermement a été déplacée à la fin de l’été. C’est donc ce vendredi 21 août que l’émission fera son retour sous la houlette du présentateur Christophe Beaugrand. Autre changement, si les primes resteront diffusés sur TF1, les quotidiennes seront, quant à elles, déplacées sur la chaîne NT1 de 18h10 à 19h50. Ces dernières se verront donc allongées par une sorte de « débriefing », lors duquel seront présents aux côtés de Christophe Beaugrand : Adrien Lemaitre, Julien Taton, ainsi que l’ex-gagnante de Secret Story 8Leila Ben Khalifa. L’émission aurait-elle ainsi subi quelque déclassement ? En effet, malgré des primes encore prévus sur TF1, parions que l’audience risque d’être moins présente au rendez-vous…

La télé-réalité d’enfermement aurait-elle enfin achevé son règne après 14 années d’intenses diffusions, consacrées par l’avènement du Loft en France ? Diffusé pour la première fois en 2001 sur M6, le « Loft« , qui s’est depuis transformé en « Secret story« , reprenait le modèle néerlandais de l’émission « Big Brother« , créée en 1997 par John de Mol. A moins, que les producteurs de l’émission aient enfin accepté de reléguer leur télé-réalité fétiche au rang des programmes criards et clinquants, du type les Anges ou les Ch’tis, de leurs concurrents ? Car, à bien y regarder, mis à part quelques moyens probablement investis en plus pour faire tout le « sel » promotionnel de Secret Story, l’émission ne volait finalement pas beaucoup plus haut que ses concurrentes et perdait au fil du temps de son audience et de son prestige…

Il faudra donc surement encore un peu attendre avant de faire le deuil de la télé-réalité, qui a d’ailleurs fini par contaminer de son principe une grande majorité des programmes télévisuels, mais en attendant les vacances d’été pourront dorénavant peut-être encore se dérouler au calme ! Quant aux producteurs de Secret Story 9, ils nous font miroiter pour la rentrée quelques changements dans la conception de ce sempiternel programme. A la clef, quelques règles du jeu se verraient soi-disant inédites et quelques « surprises » au niveau des pseudos secrets des candidats seraient à prévoir…

Qui est la taupe ? Bilan du nouveau jeu d’aventure proposé par M6

Mercredi 5 juillet, M6 diffusait la finale de son nouveau jeu télévisuel : « Qui est la taupe ? », adapté de l’émission néerlandaise « Wie is de mol ». Diffusée par M6 depuis le début du mois de Juillet, l’émission inédite en France proposait un concept de « jeu de rôle » du type « Cluedo » grandeur nature. Dans une ambiance un tantinet teintée de paranoïa, 10 candidats se sont ainsi vus au fil de la saison tenter de remporter des missions pour remplir la cagnotte du groupe, dans lequel une taupe infiltrée jouait pour son propre compte : « Il y a quelqu’un qui joue double jeu. Elle [la taupe] doit tout faire pour planter les autres et pour gagner de l’argent pour son propre compte », expliquait l’animateur vedette de l’émission, Stéphane Rotenberg. A la fin du jeu, la taupe peut donc remporter sa cagnotte si elle n’a pas été démasquée par l’un des candidats du groupe. A l’inverse, l’un des candidats du groupe peut remporter l’argent accumulé dans la cagnotte du groupe s’il découvre qui est la taupe. Ce nouveau concept, sur lequel la chaîne aurait beaucoup investi, a-t-il réussi à séduire les téléspectateurs ?

Si la chaîne aurait visé les 3 millions de téléspectateurs pour rentrer dans ses frais, le bilan de l’émission a réalisé une moyenne tournant plutôt autour des 2 millions de téléspectateurs. Cette moyenne honorable pourrait donc entraîner la reconduction pour une deuxième saison de ce nouveau jeu d’aventure. Lors de la finale, qui a permis à M6 de remporter 12,9 % de part du marché, les téléspectateurs curieux ont donc pu découvrir l’identité de la taupe sélectionnée par la production. Cette dernière a pris les traits de Muriel, une innocente et charmante quinquagénaire en apparence insoupçonnable, mais qui a cependant été démasquée par ses coéquipiers. C’est donc le sportif Morad qui a remporté la cagnotte du groupe.

Bien qu’encore très teinté de valeurs basées sur l’individualisme et la méfiance vis-à-vis des autres, le jeu a cependant le mérite de proposer quelques missions ludiques et originales, rappelant notamment ces Live Escape Game (ou « jeux de rôle grandeur nature ») de plus en plus à la mode dans nos sociétés occidentales. En outre, ce nouveau concept a la malice de mettre en abyme, sous forme de jeu, ce sur quoi surfent une grande partie des émissions télé-réalité de nos jours : la cruelle compétition et le jeu sur les apparences dont il faudrait se méfier. Ici, le contexte paranoïaque fait donc partie intégrante des règles du jeu et on cherche en quelque sorte à s’en amuser. Résultat : les dupes retrouvent un peu de liberté en acceptant d’être dupés, mais seulement pour un temps et les taupes, de leur côté, se libèrent également d’un masque qui dès lors ne leur colle plus indéfiniment à la peau…

Quelques suites de l’affaire Benattia-Vergara

Neuf mois après le drame survenu en Novembre 2014, à la suite duquel la starlette de télé-réalité, Nabilla Benattia, a été incarcérée en détention provisoire à la prison de Versailles pour soupçon de « tentative d’homicide volontaire » sur son conjoint Thomas Vergara, les amants terribles de la téléréalité font encore la une des « faits divers ». En effet, alors que les deux amants sont soumis à une décision de justice leur interdisant de rentrer en contact, de récentes photos circulant sur la toile, qui dateraient de la mi-Juillet 2015, les montraient réunis à Aix-en-Provence. Une rumeur concernant une plainte qui aurait été déposée à l’encontre du couple par une cinquantenaire, qui aurait eu une altercation avec eux lors de la projection d’un film dans un cinéma d’Aix-en-Provence, fait également la une des médias. Défrayant encore la chronique, les amants terribles seraient-ilsvictimes de leur surmédiatisation ? Passionnelle, leur relation ne cesse en tout cas d’inquiéter leurs proches. Entre addiction aux médias et dépendance amoureuse, jusqu’où le couple sera-t-il poussé à aller ? Et, comment la justice, qui, face à cette affaire se voit autant confrontée à quelques symptômes propres à une relation passionnelle, qu’à quelques phénomènes sociaux prompts à enflammer et à alimenter pareille relation médiatisée, réussira-t-elle à barrer cet étalage de jouissance ? Ce sont en tout cas de réelles questions de fond que cette affaire, réduite par les médias à quelque étalage spectaculaire, révèlerait en réalité.

Ainsi, comme en réponse à ces photos qui enflammaient la toile, fin Juillet, les médias nous apprenaient que la justice renvoyait le dossier « Benattia-Vergara » au tribunal correctionnel de Nanterre. Échappant donc de peu aux Assises, la starlette se verra jugée pour « violences volontaires aggravées sur son compagnon ». Le procès devrait se dérouler en 2016 et Nabilla risquerait ainsi 7 ans de prison et 100 000 euros d’amende. Pareille décision, intervenant juste après l’exposition publique de la supposée transgression par les amants de l’interdiction judiciaire de se voir, serait-elle une façon de signifier au quidam, que, sous l’apparente impunité de ce couple médiatisé, qui semble donc prompt à se jouer des « Lois », une complexité tant humaine que sociale se jouerait ?

Parions que la justice risque encore avec cette affaire de connaître quelque cas de conscience… Car, en laissant le couple (se) jouer des interdits qu’elle énonce pourtant, elle reconnaît quelque part l’engrenage médiatique dont ils sont les victimes et se refuse à raison de les punir sans méditer cela. Cependant, sans énoncer de limite et sans barrer l’étalage médiatique de la jouissance, la justice semble encore permettre à ces « gens de télé-réalité », (qu’ils soient producteurs invétérés d’émissions risquant la vie des candidats qui y participent ou stars de la « télé-poubelle » en proie à quelques symptômes dont les médias sont friands dans l’unique but de faire de l’audience), de narguer en toute impunité le commun des mortels et la « Loi » à laquelle, eux, se voient soumis…

Koh Lanta Johor : une finale controversée

Vendredi 24 juillet, l’épopée « Koh Lanta Johor » s’achevait devant 6,1 millions de fidèles. La finale de l’émission a donc enregistré un record d’audience par rapport à l’ensemble des épisodes de la saison en remportant 34,7 % de parts de marché. Une clôture en beauté pour TF1, mais une finale cependant controversée du côté de certains candidats et des internautes. Eh oui, cette année, la finale s’est jouée entre les deux candidats les plus controversés de l’aventure : Marc et Chantal, les « parents nourriciers » symboliques du camp. Ce sont donc les « deux méchants » de l’aventure qu’un jury final, pétri de rancœur et d’aigreurs d’estomacs (les bons petits plats de survie concoctés par les deux « méchants parents nourriciers » du camp leur seraient-ils restés en travers de la gorge ?) se sera vu départager.

Ainsi, bien que l’ex-triple championne de Kick-boking, Chantal, ait remporté l’épreuve des poteaux face à Mélissa, c’est son acolyte Marc, qui a été choisi par dépit par le jury final pour remporter les 100 000 euros. Par dépit, parce qu’apparemment, certains candidats de l’aventure ont jugé que c’était « le moins pire des deux ». Victoire bien amère donc pour ces candidats du jeu de survie de TF1, qui se voient la cible des « crachats » des internautes et des autres candidats (Chantal aurait même porté plainte pour insultes et fermé ses comptes Facebook et Twitter ).

Eh oui, de nos jours, participer à une émission de téléréalité, c’est aussi cela : accepter que la production fasse de son image une jolie caricature dans le panneau de laquelle il y a apparemment encore de nombreux téléspectateurs qui tombent… Les deux « méchants héros » font donc office de parfaits boucs émissaires, sur lesquels peuvent se déchaîner les foudres d’un public apparemment en manque d’exutoire. A croire qu’être sacré « le plus fort » d’un jeu de survie artificiel, consacrant des valeurs archaïques, conditionnant des candidats naïfs et dressant un pathétique portrait de la nature humaine en condition de survie, est une place fortement enviée et jalousée … Cette victoire fait donc à nouveau crouler la toile sous le poids de faux débats, basés sur un pseudo-jeu qui réinterprète littéralement en les dénaturants les notions darwiniennes de compétition et de sélection naturelle, en nous faisant croire qu’il y a des forts et des faibles, des gentils et des méchants, des méritants et des pas méritants etc. etc. etc. et tout ça pour mieux endormir les cerveaux pendant les coupures pubs !

Résultat : peut-être qu’au final le public est tout aussi conditionné et leurré par les paillettes et les charmes du spectaculaire télévisuel, que les candidats contre lesquels il s’acharne… Dans tout ça, il y en a qui doivent bien se marrer (et surtout s’en mettre plein les poches !) : les producteurs ! Car les vrais winners de notre compétition capitaliste sélective ce sont bel et bien eux …

Koh Lanta Johor épisode 13 : aux portes de la finale (ou du « jugement dernier » ?)

Diffusé vendredi 17 juillet sur TF1, l’avant dernier épisode de Koh Lanta Johor a révélé le nom des finalistes de l’aventure aux 5,2 millions de téléspectateurs qui ont suivi cette épopée télévisuelle matinée de survival. C’est donc l’ex-jaune Sébastien qui a fait les frais de la cruelle élimination aux portes de la finale, malgré son alliance avec le redoutable « trio des anciens », composé de Bruno, Chantal et Marc. Ces trois aventuriers, reconnus pour leur résistance et leur investissement sur le camp, ainsi que la jeune Mélissa, qui a remporté la dernière épreuve d’immunité avec l’énergie du désespoir, auront ainsi l’opportunité de disputer l’épreuve d’orientation à l’issue de laquelle les trois vainqueurs pourront accéder à la fameuse épreuve des poteaux, qui consacre chaque année la victoire du « dernier survivant » de Koh Lanta.

Victoire symbolique pour cet héro post-moderne télévisuel, puisqu’à l’issue de cette « mythique » épreuve des poteaux, il devra choisir l’un des deux perdants, qui se verra soumis avec lui au jugement et au vote du « jury final », composé des aventuriers successivement éliminés durant l’aventure. Un « jury final » qui se voit donc chaque année missionné de la lourde tâche d’attribuer à l’aventurier de son choix les « 100 000 euros promis au vainqueur ». Cette sorte de mise en scène, évocatrice de quelque « jugement dernier », confronte ainsi les finalistes à un dernier examen de conscience mettant en abyme leurs agissements durant l’aventure. Parions cette année que ce dernier conseil donnera lieu à quelques règlements de compte bien salés…

En effet, le trio dit des anciens ne fait pas l’unanimité auprès des participants de l’aventure. Leur alliance semble perçue comme une trahison tant du côté des ex-rouges, que des ex-jaunes. En outre, la dureté et le positionnement, jugés supérieurs, du trio sont également très critiqués. Les trois aventuriers se sont en effet positionnés de façon à juger les autres aventuriers selon des critères qui leur sont propres. Le scénario de l’aventure laisse ainsi entendre qu’ils se sont érigés comme les plus méritants du camp face à une « jeunesse » jugée égoïste, paresseuse, voire ingrate. Cette année, les valeurs propres à la solidarité auraient donc été mises à mal. Pour la première fois, l’émission a montré que la nourriture pouvait même devenir une sorte de « trophée » attribué au mérite ! En effet, le scénario a notamment mis en avant le fait que les anciens aient privé les plus jeunes de leurs trouvailles culinaires pour leur apprendre à économiser égoïstement leur force ! Les « parents symboliques » du camp auraient-ils ainsi retourné quelque égoïsme contre leur ingrate progéniture en la privant de leurs précieux « soins » ?

Prompt à citer quelques passages de la Bible, Marc aurait également pu engager ses fans, pour le plus grand plaisir des producteurs de Koh Lanta, à méditer sur ce proverbe tiré des Saintes écritures : « Charité bien ordonnée commence par soi-même » …

Koh Lanta Johor épisode 12 : la guerre des générations ?

A l’approche de la course d’orientation et des fameux poteaux, cela ne rigole plus dans Koh Lanta Johor, maintenant c’est « chacun pour sa peau et Dieu pour tous ! ». Ainsi, lors de ce douzième épisode du jeu de survie diffusé vendredi 10 juillet sur TF1, les 5,3 millions de téléspectateurs réunis devant leur écran auront pu assister à des éliminations et des stratégies de plus en plus cruelles. En effet, le fossé entre les générations se creusant de plus en plus, le trio de quadragénaire et quinquagénaire, composé par Bruno, Chantal et Marc, a décidé de ne plus faire de quartier aux plus jeunes. Reprochant à ces derniers leur individualisme et leur laisser-aller sur le camp, les plus âgés se sont donc ingéniés à donner quelques « bonnes leçons » à leurs coéquipiers.

Bien décidés à ne plus épuiser leurs forces pour des partenaires jugés égoïstes et ingrats, les anciens ont notamment cessé de s’évertuer à alimenter le camp. Résultat de ce petit test, quand Marc, affaibli par une soi-disant angine, ne va plus pêcher ou ramener quelques bigorneaux, les jeunes font brûler le riz et personne ne ferait de véritables efforts pour trouver de quoi se ravitailler et ravitailler les autres. Excédé, Marc décide donc de partager ses butins alimentaires avec ceux de sa génération en priorité. Selon les anciens, les plus jeunes attendraient d’être servis sans manifester aucune reconnaissance. Mais à en croire les propos de la trentenaire Jessica, éliminée au conseil lors de ce douzième épisode, si elle a cessé de participer à la vie du camp, c’est parce qu’elle se savait condamnée d’avance par l’intransigeant trio. Assisterions-nous là à quelques problèmes de communication entre générations, représentatifs de deux façons opposées de concevoir la vie en société ?

Soumis à rudes épreuves, les jeunes font dans Koh Lanta l’apprentissage de la survie en communauté et se voient également mis en défaut de façon régulière par l’animateur Denis Brogniart. Ce dernier ne cesse en effet d’interroger leurs propres capacités face aux exploits des plus anciens, jugés plus forts mentalement et physiquement. En effet, même avec une angine, le warrior Marc est capable de remporter une immunité. Alors pourquoi pas les autres ? Décidément, les ingrats et flemmards jeunes devraient en prendre de la graine, au lieu d’attendre de se faire choyer par leurs aînés ! Encore faudrait-il pour cela leur laisser une place… Or, dans Koh Lanta, que l’on soit jeune ou vieux, on est mis en compétition et de place « il n’en restera qu’une »… Assisterions-nous alors, plus qu’à une guerre entre générations, à un spectacle générant quelques confusions entre les générations ?

Koh Lanta Johor épisode 11 : un vote à la motivation des candidats ?

A l’approche de la fin de l’aventure Koh Lanta 2015, les aventuriers sont plus que jamais à cran et le jeu de survie proposé par TF1 voit son audience en hausse. Diffusé le vendredi 04 juillet en plein épisode caniculaire, le onzième épisode de Koh Lanta Johor a ainsi réuni 5,1 millions de survivants à la canicule et remporté 26 % de parts du marché de l’audience selon le site Médiamétrie. Les téléspectateurs anesthésiés par la canicule auront ainsi pu s’identifier aux capacités de résilience des derniers survivants amaigris et déshydratés de TF1. Et, face à la dure « loi de la survie », lors de cet énième conseil, les critères d’élimination semblent avoir été basés sur la motivation des candidats.

C’est en effet l’ex jaune Christophe, affaibli par la faim et par sa première blessure à la cheville, qui s’est vu éliminé quasiment à l’unanimité, alors que les nouvelles alliances qui avaient vu le jour lors du dernier épisode (notamment entre les doyens de l’aventure, Bruno, Chantal et Marc) laissaient à penser que les prochains aventuriers sur la liste éliminatoire seraient les deux ex rouges Mélissa ou Jessica. Or, cette année, les votes lors du conseil révèlent des choix éliminatoires dépassant souvent les simples alliances stratégiques par équipes d’origine. En effet, interviewé suite à sa sortie du jeu, Christophe avoue avoir proposé à ses compagnons d’aventure de mettre son nom dans l’urne. Arrivé à ses limites, le nordiste confie : « Je ne pouvais pas prendre la place de quelqu’un qui se défonce. »

Après des votes au bluff, au mérite, par affinité, ce sont dorénavant des votes à la motivation qui se dessinent. Les liens entre équipes d’origine étant distendus, chacun semble en effet se confronter à ses propres limites. Les candidats se voient alors composer avec leurs capacités de résistance face à la particularité du contexte, avec la singularité de leur vécu personnel et dans l’aventure et avec ce que leur corps peut endurer. Ainsi, si pour une candidate comme Chantal, abandonner, se plaindre ou reconnaître que l’on est à la limite de ses capacités, résonne avec « s’écouter de trop », écouter son corps peut cependant également être une force. A trop prôner pour la surdité face aux besoins de son propre corps, l’ex triple championne de Kick Boxing est au demeurant en passe de risquer l’amputation suite à une blessure au doigt qu’elle n’a pas soigné à temps.

Ainsi, si les discours véhiculés par l’émission tendent à nous pousser à croire que l’on peut toujours dépasser ses limites et devenir le plus fort si l’on contrôle son mental, son corps et ses émotions, apprendre à composer avec son vécu et ses limites physiques et psychiques résonne également comme une forme de sagesse. Nous renvoyons à ce propos au très intéressant documentaire « Ce que mes gènes disent de moi », en ce moment diffusé par Arte, qui nous rappelle que nous sommes tous différents tant génétiquement qu’au niveau de notre vécu. Le tout serait donc d’apprendre à faire de nos limites une force afin d’interagir au mieux avec nos jungles environnementales et sociales…

Koh Lanta Johor épisode 10 : l’appel de l’estomac plus fort que les alliances ?

Que de rebondissements cette année dans la treizième édition du jeu de survie de TF1, malgré une audience en baisse ! En effet, vendredi 26 juin, le jeu a réalisé son score d’audience le plus faible depuis le début de la saison en remportant 23,8 % de part du marché, soit un total de 4, 845 millions de téléspectateurs. Le programme perd de la sorte plus d’1 million de fidèles par rapport à son lancement et, ce, malgré un scénario qui tente tant bien que mal de briser ses sempiternelles répétitions.

Ainsi, cet épisode 10 de Koh Lanta Johor a à nouveau vu les habituelles alliances par équipe d’origine voler en éclat. Alors que la semaine dernière les jaunes se sont dessoudés de leur horde, ce sont donc cette semaine deux membres de l’équipe rouge : Chantal et Bruno, qui se sont à leur tour dessoudés de leur « chef de meute », Jeff, jusqu’à participer à l’orchestration de son élimination ! Les membres des anciennes équipes rouges et jaunes paraissent ainsi, cette saison, plus enclins à voter selon des critères différents des saisons précédentes, qui voyaient souvent les alliances nouées en début d’aventure persister. Alors, serait-ce du à ce changement des règles du jeu, qui a dès le début de la saison mis à mal les potentielles alliances en proposant un remaniement intégral des équipes déjà formées ? Ou bien serait-ce lié à des personnalités au caractère bien trempé ? A moins que l’appel de la faim ne soit plus fort que tout ?

En effet, alors que l’angevin Marc nourrit généreusement à la pêche au harpon ces coéquipiers et ne cesse d’approvisionner le camp en denrées de toutes sortes depuis le début de l’aventure, la personnalité de ce dernier ne fait pas l’unanimité auprès des aventuriers. Ainsi, l’angevin se retrouve souvent dans la ligne de mire de ces camarades. Stratège, manipulateur, Marc, dont le portrait proposé par TF1 met en avant les valeurs chrétiennes, ne cessent d’interroger ces coéquipiers. Ce dernier s’est notamment attiré les foudres du marseillais Jeff, qui le tient responsable, avec Cédric, de ces deux éliminations successives. Alors que le marseillais a lui-même sacrifié son soi-disant ami Alban, il ne cesse d’alerter ses coéquipiers sur la capacité de Marc à les influencer pour parvenir à ses fins.

Cependant, si l’angevin tente peut-être « d’endormir » les cerveaux de ces coéquipiers, ce qu’il a surtout réussi à séduire : c’est leur estomac ! Ainsi, lors de ce 10ème épisode, Marc s’est ingénié à faire endurer la faim à ses ingrats coéquipiers pour qu’ils réalisent à qui ils doivent fidélité ! Et, c’est bien connu, « la main qui nourrit » risque de l’emporter « haut la main », surtout en situation de survie ! Bien malin celui qui créera le manque dans l’estomac de ses « frères et sœurs » d’aventure…