Koh Lanta Johor : une finale controversée

Vendredi 24 juillet, l’épopée « Koh Lanta Johor » s’achevait devant 6,1 millions de fidèles. La finale de l’émission a donc enregistré un record d’audience par rapport à l’ensemble des épisodes de la saison en remportant 34,7 % de parts de marché. Une clôture en beauté pour TF1, mais une finale cependant controversée du côté de certains candidats et des internautes. Eh oui, cette année, la finale s’est jouée entre les deux candidats les plus controversés de l’aventure : Marc et Chantal, les « parents nourriciers » symboliques du camp. Ce sont donc les « deux méchants » de l’aventure qu’un jury final, pétri de rancœur et d’aigreurs d’estomacs (les bons petits plats de survie concoctés par les deux « méchants parents nourriciers » du camp leur seraient-ils restés en travers de la gorge ?) se sera vu départager.

Ainsi, bien que l’ex-triple championne de Kick-boking, Chantal, ait remporté l’épreuve des poteaux face à Mélissa, c’est son acolyte Marc, qui a été choisi par dépit par le jury final pour remporter les 100 000 euros. Par dépit, parce qu’apparemment, certains candidats de l’aventure ont jugé que c’était « le moins pire des deux ». Victoire bien amère donc pour ces candidats du jeu de survie de TF1, qui se voient la cible des « crachats » des internautes et des autres candidats (Chantal aurait même porté plainte pour insultes et fermé ses comptes Facebook et Twitter ).

Eh oui, de nos jours, participer à une émission de téléréalité, c’est aussi cela : accepter que la production fasse de son image une jolie caricature dans le panneau de laquelle il y a apparemment encore de nombreux téléspectateurs qui tombent… Les deux « méchants héros » font donc office de parfaits boucs émissaires, sur lesquels peuvent se déchaîner les foudres d’un public apparemment en manque d’exutoire. A croire qu’être sacré « le plus fort » d’un jeu de survie artificiel, consacrant des valeurs archaïques, conditionnant des candidats naïfs et dressant un pathétique portrait de la nature humaine en condition de survie, est une place fortement enviée et jalousée … Cette victoire fait donc à nouveau crouler la toile sous le poids de faux débats, basés sur un pseudo-jeu qui réinterprète littéralement en les dénaturants les notions darwiniennes de compétition et de sélection naturelle, en nous faisant croire qu’il y a des forts et des faibles, des gentils et des méchants, des méritants et des pas méritants etc. etc. etc. et tout ça pour mieux endormir les cerveaux pendant les coupures pubs !

Résultat : peut-être qu’au final le public est tout aussi conditionné et leurré par les paillettes et les charmes du spectaculaire télévisuel, que les candidats contre lesquels il s’acharne… Dans tout ça, il y en a qui doivent bien se marrer (et surtout s’en mettre plein les poches !) : les producteurs ! Car les vrais winners de notre compétition capitaliste sélective ce sont bel et bien eux …

Koh Lanta Johor épisode 13 : aux portes de la finale (ou du « jugement dernier » ?)

Diffusé vendredi 17 juillet sur TF1, l’avant dernier épisode de Koh Lanta Johor a révélé le nom des finalistes de l’aventure aux 5,2 millions de téléspectateurs qui ont suivi cette épopée télévisuelle matinée de survival. C’est donc l’ex-jaune Sébastien qui a fait les frais de la cruelle élimination aux portes de la finale, malgré son alliance avec le redoutable « trio des anciens », composé de Bruno, Chantal et Marc. Ces trois aventuriers, reconnus pour leur résistance et leur investissement sur le camp, ainsi que la jeune Mélissa, qui a remporté la dernière épreuve d’immunité avec l’énergie du désespoir, auront ainsi l’opportunité de disputer l’épreuve d’orientation à l’issue de laquelle les trois vainqueurs pourront accéder à la fameuse épreuve des poteaux, qui consacre chaque année la victoire du « dernier survivant » de Koh Lanta.

Victoire symbolique pour cet héro post-moderne télévisuel, puisqu’à l’issue de cette « mythique » épreuve des poteaux, il devra choisir l’un des deux perdants, qui se verra soumis avec lui au jugement et au vote du « jury final », composé des aventuriers successivement éliminés durant l’aventure. Un « jury final » qui se voit donc chaque année missionné de la lourde tâche d’attribuer à l’aventurier de son choix les « 100 000 euros promis au vainqueur ». Cette sorte de mise en scène, évocatrice de quelque « jugement dernier », confronte ainsi les finalistes à un dernier examen de conscience mettant en abyme leurs agissements durant l’aventure. Parions cette année que ce dernier conseil donnera lieu à quelques règlements de compte bien salés…

En effet, le trio dit des anciens ne fait pas l’unanimité auprès des participants de l’aventure. Leur alliance semble perçue comme une trahison tant du côté des ex-rouges, que des ex-jaunes. En outre, la dureté et le positionnement, jugés supérieurs, du trio sont également très critiqués. Les trois aventuriers se sont en effet positionnés de façon à juger les autres aventuriers selon des critères qui leur sont propres. Le scénario de l’aventure laisse ainsi entendre qu’ils se sont érigés comme les plus méritants du camp face à une « jeunesse » jugée égoïste, paresseuse, voire ingrate. Cette année, les valeurs propres à la solidarité auraient donc été mises à mal. Pour la première fois, l’émission a montré que la nourriture pouvait même devenir une sorte de « trophée » attribué au mérite ! En effet, le scénario a notamment mis en avant le fait que les anciens aient privé les plus jeunes de leurs trouvailles culinaires pour leur apprendre à économiser égoïstement leur force ! Les « parents symboliques » du camp auraient-ils ainsi retourné quelque égoïsme contre leur ingrate progéniture en la privant de leurs précieux « soins » ?

Prompt à citer quelques passages de la Bible, Marc aurait également pu engager ses fans, pour le plus grand plaisir des producteurs de Koh Lanta, à méditer sur ce proverbe tiré des Saintes écritures : « Charité bien ordonnée commence par soi-même » …

Koh Lanta Johor épisode 12 : la guerre des générations ?

A l’approche de la course d’orientation et des fameux poteaux, cela ne rigole plus dans Koh Lanta Johor, maintenant c’est « chacun pour sa peau et Dieu pour tous ! ». Ainsi, lors de ce douzième épisode du jeu de survie diffusé vendredi 10 juillet sur TF1, les 5,3 millions de téléspectateurs réunis devant leur écran auront pu assister à des éliminations et des stratégies de plus en plus cruelles. En effet, le fossé entre les générations se creusant de plus en plus, le trio de quadragénaire et quinquagénaire, composé par Bruno, Chantal et Marc, a décidé de ne plus faire de quartier aux plus jeunes. Reprochant à ces derniers leur individualisme et leur laisser-aller sur le camp, les plus âgés se sont donc ingéniés à donner quelques « bonnes leçons » à leurs coéquipiers.

Bien décidés à ne plus épuiser leurs forces pour des partenaires jugés égoïstes et ingrats, les anciens ont notamment cessé de s’évertuer à alimenter le camp. Résultat de ce petit test, quand Marc, affaibli par une soi-disant angine, ne va plus pêcher ou ramener quelques bigorneaux, les jeunes font brûler le riz et personne ne ferait de véritables efforts pour trouver de quoi se ravitailler et ravitailler les autres. Excédé, Marc décide donc de partager ses butins alimentaires avec ceux de sa génération en priorité. Selon les anciens, les plus jeunes attendraient d’être servis sans manifester aucune reconnaissance. Mais à en croire les propos de la trentenaire Jessica, éliminée au conseil lors de ce douzième épisode, si elle a cessé de participer à la vie du camp, c’est parce qu’elle se savait condamnée d’avance par l’intransigeant trio. Assisterions-nous là à quelques problèmes de communication entre générations, représentatifs de deux façons opposées de concevoir la vie en société ?

Soumis à rudes épreuves, les jeunes font dans Koh Lanta l’apprentissage de la survie en communauté et se voient également mis en défaut de façon régulière par l’animateur Denis Brogniart. Ce dernier ne cesse en effet d’interroger leurs propres capacités face aux exploits des plus anciens, jugés plus forts mentalement et physiquement. En effet, même avec une angine, le warrior Marc est capable de remporter une immunité. Alors pourquoi pas les autres ? Décidément, les ingrats et flemmards jeunes devraient en prendre de la graine, au lieu d’attendre de se faire choyer par leurs aînés ! Encore faudrait-il pour cela leur laisser une place… Or, dans Koh Lanta, que l’on soit jeune ou vieux, on est mis en compétition et de place « il n’en restera qu’une »… Assisterions-nous alors, plus qu’à une guerre entre générations, à un spectacle générant quelques confusions entre les générations ?

Koh Lanta Johor épisode 11 : un vote à la motivation des candidats ?

A l’approche de la fin de l’aventure Koh Lanta 2015, les aventuriers sont plus que jamais à cran et le jeu de survie proposé par TF1 voit son audience en hausse. Diffusé le vendredi 04 juillet en plein épisode caniculaire, le onzième épisode de Koh Lanta Johor a ainsi réuni 5,1 millions de survivants à la canicule et remporté 26 % de parts du marché de l’audience selon le site Médiamétrie. Les téléspectateurs anesthésiés par la canicule auront ainsi pu s’identifier aux capacités de résilience des derniers survivants amaigris et déshydratés de TF1. Et, face à la dure « loi de la survie », lors de cet énième conseil, les critères d’élimination semblent avoir été basés sur la motivation des candidats.

C’est en effet l’ex jaune Christophe, affaibli par la faim et par sa première blessure à la cheville, qui s’est vu éliminé quasiment à l’unanimité, alors que les nouvelles alliances qui avaient vu le jour lors du dernier épisode (notamment entre les doyens de l’aventure, Bruno, Chantal et Marc) laissaient à penser que les prochains aventuriers sur la liste éliminatoire seraient les deux ex rouges Mélissa ou Jessica. Or, cette année, les votes lors du conseil révèlent des choix éliminatoires dépassant souvent les simples alliances stratégiques par équipes d’origine. En effet, interviewé suite à sa sortie du jeu, Christophe avoue avoir proposé à ses compagnons d’aventure de mettre son nom dans l’urne. Arrivé à ses limites, le nordiste confie : « Je ne pouvais pas prendre la place de quelqu’un qui se défonce. »

Après des votes au bluff, au mérite, par affinité, ce sont dorénavant des votes à la motivation qui se dessinent. Les liens entre équipes d’origine étant distendus, chacun semble en effet se confronter à ses propres limites. Les candidats se voient alors composer avec leurs capacités de résistance face à la particularité du contexte, avec la singularité de leur vécu personnel et dans l’aventure et avec ce que leur corps peut endurer. Ainsi, si pour une candidate comme Chantal, abandonner, se plaindre ou reconnaître que l’on est à la limite de ses capacités, résonne avec « s’écouter de trop », écouter son corps peut cependant également être une force. A trop prôner pour la surdité face aux besoins de son propre corps, l’ex triple championne de Kick Boxing est au demeurant en passe de risquer l’amputation suite à une blessure au doigt qu’elle n’a pas soigné à temps.

Ainsi, si les discours véhiculés par l’émission tendent à nous pousser à croire que l’on peut toujours dépasser ses limites et devenir le plus fort si l’on contrôle son mental, son corps et ses émotions, apprendre à composer avec son vécu et ses limites physiques et psychiques résonne également comme une forme de sagesse. Nous renvoyons à ce propos au très intéressant documentaire « Ce que mes gènes disent de moi », en ce moment diffusé par Arte, qui nous rappelle que nous sommes tous différents tant génétiquement qu’au niveau de notre vécu. Le tout serait donc d’apprendre à faire de nos limites une force afin d’interagir au mieux avec nos jungles environnementales et sociales…

Koh Lanta Johor épisode 10 : l’appel de l’estomac plus fort que les alliances ?

Que de rebondissements cette année dans la treizième édition du jeu de survie de TF1, malgré une audience en baisse ! En effet, vendredi 26 juin, le jeu a réalisé son score d’audience le plus faible depuis le début de la saison en remportant 23,8 % de part du marché, soit un total de 4, 845 millions de téléspectateurs. Le programme perd de la sorte plus d’1 million de fidèles par rapport à son lancement et, ce, malgré un scénario qui tente tant bien que mal de briser ses sempiternelles répétitions.

Ainsi, cet épisode 10 de Koh Lanta Johor a à nouveau vu les habituelles alliances par équipe d’origine voler en éclat. Alors que la semaine dernière les jaunes se sont dessoudés de leur horde, ce sont donc cette semaine deux membres de l’équipe rouge : Chantal et Bruno, qui se sont à leur tour dessoudés de leur « chef de meute », Jeff, jusqu’à participer à l’orchestration de son élimination ! Les membres des anciennes équipes rouges et jaunes paraissent ainsi, cette saison, plus enclins à voter selon des critères différents des saisons précédentes, qui voyaient souvent les alliances nouées en début d’aventure persister. Alors, serait-ce du à ce changement des règles du jeu, qui a dès le début de la saison mis à mal les potentielles alliances en proposant un remaniement intégral des équipes déjà formées ? Ou bien serait-ce lié à des personnalités au caractère bien trempé ? A moins que l’appel de la faim ne soit plus fort que tout ?

En effet, alors que l’angevin Marc nourrit généreusement à la pêche au harpon ces coéquipiers et ne cesse d’approvisionner le camp en denrées de toutes sortes depuis le début de l’aventure, la personnalité de ce dernier ne fait pas l’unanimité auprès des aventuriers. Ainsi, l’angevin se retrouve souvent dans la ligne de mire de ces camarades. Stratège, manipulateur, Marc, dont le portrait proposé par TF1 met en avant les valeurs chrétiennes, ne cessent d’interroger ces coéquipiers. Ce dernier s’est notamment attiré les foudres du marseillais Jeff, qui le tient responsable, avec Cédric, de ces deux éliminations successives. Alors que le marseillais a lui-même sacrifié son soi-disant ami Alban, il ne cesse d’alerter ses coéquipiers sur la capacité de Marc à les influencer pour parvenir à ses fins.

Cependant, si l’angevin tente peut-être « d’endormir » les cerveaux de ces coéquipiers, ce qu’il a surtout réussi à séduire : c’est leur estomac ! Ainsi, lors de ce 10ème épisode, Marc s’est ingénié à faire endurer la faim à ses ingrats coéquipiers pour qu’ils réalisent à qui ils doivent fidélité ! Et, c’est bien connu, « la main qui nourrit » risque de l’emporter « haut la main », surtout en situation de survie ! Bien malin celui qui créera le manque dans l’estomac de ses « frères et sœurs » d’aventure…

L’émission Qui veut épouser mon fils ? de retour sur TF1

Vendredi 26 juin, à la suite de Koh Lanta Johor, TF1 prévoit le lancement de la quatrième saison de son émission de téléréalité Qui veut épouser mon fils ? Lancée en 2010, cette émission de dating voyeuriste, présentée par l’impassible Elsa Fayer et produite par la société de production Starling, fait reposer son concept sur l’intrusion de mères dans les choix amoureux de leur fils, voire dans leur vie amoureuse, si ce n’est sexuelle, tout court. Ainsi, plusieurs prétendantes, sélectionnées par la production, se voient d’abord soumises à un casting mère/fils pour ensuite partager le quotidien du binôme fusionnel et espérer autant séduire le fils que la mère ! A la fin de l’émission, lors d’une cérémonie grotesque, les fils doivent alors choisir entre les « deux amours de leur vie » : leur mère ou leur prétendante, de la sorte mises au même niveau par la production.

Cette année, ce sont donc 3 couples de mères et de fils qui alimenteront le scénario de cette émission, qui s’amuse sans pudeur à mettre en scène un lien filial frôlant la pathologie. Ainsi, afin d’alimenter les symptômes fusionnels, teintés d’accents incestuels, des couples mères/fils choisis avec soin par la production (à moins que nous assistions à quelques jeux d’acteurs très réalistes ?), les concepteurs de l’émission, à la morale un tantinet douteuse, pour ne pas dire perverse, s’amusent donc à créer des situations scénaristiques promptes à enflammer les dysfonctionnements relationnels familiaux.

A l’instar de ce que propose l’émission Confessions intimes, les téléspectateurs ont ainsi l’opportunité de se délecter et de se moquer du spectacle de la pathologie que la télévision leur offre en pâture. Car, de nos jours, la télévision a l’art d’exploiter les symptômes pour faire de l’audience, quitte à créer des situations obscènes. Le tout, en se faisant bien entendu passer pour une sauveuse, une rédemptrice, voire une redresseuse de tort. Car, bien évidemment, la télévision offre aux candidats la possibilité de prendre conscience de leurs symptômes et d’en sortir ! S’ils n’y arrivent pas, c’est qu’ils sont trop fous, trop bêtes ou trop cons, (c’est au choix), pour ne pas saisir l’incroyable opportunité que leur offre la télévision ! Et toc, bienfait si le public se moque d’eux !

Mais peut-être que cette année, le public se verra lassé de ces mascarades grotesques proposées par TF1… En effet, si l’émission avait réussi en 2010 à avoisiner les 4 millions de téléspectateurs, probablement attirés par l’outrance du spectacle inédit proposé par TF1, cette dernière perd au fil du temps son audience. Car, faire du spectacle avec la pathologie c’est forcément filmer quelque répétition d’un même scénario, notamment si l’on en croit les découvertes freudiennes à propos de la répétition traumatique. Or, toute fascinante que soit la contemplation de la répétition traumatique, une fois l’effet de surprise passé, certains téléspectateurs, échappant à l’effet addictif, finissent néanmoins par s’en lasser…

Koh Lanta Johor épisode 9 : voter au mérite ou la loi du plus fort

Diffusé vendredi 19 juin, l’épisode 9 de Koh Lanta Johor s’est soldé par la double élimination du binôme d’anciens jaunes formé par Charlaine et Nessim. Toujours en tête d’audience avec 26,4 % de part du marché, le jeu de survie de TF1 a donc encore proposé quelques rebondissements aux aventuriers en nouant leur destin à celui d’un autre. Réunis en binôme, les joueurs se devaient donc de gagner à deux s’ils ne voulaient pas perdre ensemble et risquer une élimination commune au conseil !

Depuis le départ de leur « chef de meute » Cédric, les alliances et les stratégies ne tiennent plus chez les jaunes, malgré les efforts de Marc pour tenter de réunir l’ancienne équipe dans une même direction éliminatoire. En effet, lasse de se laisser manipuler par les directions stratégiques de ses anciens coéquipiers jaunes, la jeune Charlaine, âgée de 21 ans, a décidé, suite au départ du stratège Cédric, de ne plus suivre les « lois » de son ancienne horde. Résultat, la jeune femme a payé de sa place cette petite rébellion et a entraîné son binôme Nessim dans sa chute. Car, oui, dans Koh Lanta, lorsque l’on choisit d’agir ou de penser par soi-même sans suivre les stratégies de sa horde, on risque de le payer de sa place ou de sa personne, voire de son image ! En effet, le montage de l’émission nous fait alors passer pour un traitre ou pour un paresseux qui ne veut rien foutre sur le camp. Il faut bien créer du contenu scénaristique et surtout trouver un prétexte pour justifier la cruauté éliminatoire !

Et, quel meilleur prétexte que celui du bon vieux « mérite » ? Il faut croire que cette illusion marche encore sur certains dans une société où tout fonctionne pourtant au lobbying ! L’animateur Denis Brogniart est d’ailleurs le premier à s’en donner à cœur joie. Il n’y a qu’à le voir insister lourdement pour culpabiliser les paresseux épuisés physiquement sur le camp : « Pourquoi vous êtes si faible alors que d’autres sont encore en pleine forme en ayant la même vie ? [Les autres] sont plus forts ? Et pourtant vous mangez ! Jamais dans Koh Lanta on a mangé autant de poisson ! […] Pourquoi les autres y arrivent et pas vous ? Est-ce que vous ne vous écoutez pas un peu trop ? » Bah oui, justement, la jeune femme a décidé d’écouter son corps, sa santé et sa tête, voire son cœur en votant par affinité ! Quelle faiblesse ! Recadrons la donc un petit peu en la faisant passer pour une vilaine « fille à papa » pourrie gâtée et paresseuse ! Elle n’avait qu’à pas se rebeller et faire passer ses désirs avant ceux de sa horde ou plutôt avant les besoins de l’émission ! Parce que c’est certain que si tout le monde s’écoutait et dormait sur le camp comme dans The Island, l’espèce n’irait pas loin dans la survie, mais surtout le scénario prévu pour TF1 ! Bref, dehors, les indignes représentants de la rude compétition pour la survie du plus fort !

Heureusement, la jeune femme n’est pas dupe, il n’y a qu’à lire ses propos (en dehors du site de TF1 qui, lui, bien entendu, met plutôt l’accent sur son « côté princesse » paresseuse) : « Je n’en ai pas fait moins que tout le monde, mais ça ne s’est peut être pas vu. Et les circonstances font que c’est plus simple de montrer une Charlaine qui ne fait rien qu’un Christophe ou un Marc passifs. Ca va avec le personnage, quoi. »

Et au fait l’émission Adam recherche Eve aurait-elle disparu dans les limbes ?

Si les îles désertes perdues au milieu de nulle part représentent un décor télévisuel idéal pour les émissions de télé-réalité, il n’y a qu’à voir les succès de Koh Lanta et de The Island, seuls au monde, certaines semblent cependant moins avoir la cote que d’autres. Ainsi en est-il de l’île paradisiaque et luxuriante de l’émission Adam recherche Eve, sur laquelle les candidats sélectionnés par D8 se prêtaient à des dating entièrement nus, jusqu’à ce que l’émission, virant un tantinet au flop après avoir surfé sur un buzz évocateur de quelque ballon de baudruche, disparaisse brusquement dans les limbes après la diffusion de seulement 6 épisodes sur les 10 prévus. Mais que s’est-il donc passé ?

De nos jours, si on veut avoir de beaux jours télévisuels devant soi, sur une île déserte il vaut mieux souffrir dans des conditions de survie extrêmes, que roucouler à poil devant les caméras ! Cela passe apparemment mieux auprès du CSA et des bonnes mœurs de (re)jouer la survie d’Homo sapiens durant les rudes conditions de « l’ère glaciaire », que la luxure propre à « la sélection naturelle », plus propice à se développer dans un cadre naturel offrant des conditions de vie idéales pour la reproduction de l’espèce ! Forcément ne pas se laver, mal dormir et ne pas manger pendant 40 jours, ça coupe la libido ! Et quant à tuer un caïman à coup de machette, c’est surement plus utile et surtout moins sexy (encore que !) que d’exhiber oisivement ses attributs devant tout le monde.

Choqués par les « connotations sexuelles » d’Adam recherche Eve, des téléspectateurs auraient ainsi saisi le CSA et porté plainte auprès de lui contre l’émission. Réagissant comme à son habitude après que le virus télévisuel se soit répandu, le CSA a donc récemment mis en garde D8. Aussi, si le navet proposé par la chaîne devait sortir des limbes dans lesquels il a disparu pour une deuxième saison, il risquerait d’être interdit au moins de 12 ans et de passer en seconde partie de soirée. Le CSA a aussi invoqué une vigilance quant à la diffusion des bandes annonces comportant « des scènes susceptibles de heurter la sensibilité du jeune public. »

Bref, à la télé, il vaut mieux des connotations masochistes que sexuelles. Risquer de se casser une jambe ou de se déshydrater, oui, mais risquer de se reproduire, surtout pas ! On est déjà assez nombreux comme ça ! On en oublierait presque que les connotations masochistes sont, depuis Freud, également des connotations sexuelles… Mais peut-être que tous ces débats sur une nudité à connotation sexuelle masquent surtout l’idée que, plus que connotée, la sexualité est surtout de nos jours explicite à outrance… A tel point qu’elle finit justement par se désexualiser (pour devenir un pur produit marchand ?)…

 

Koh Lanta Johor épisode 8 : la stratégie ne paie pas toujours

On l’attendait avec impatience cet épisode 8 de Koh Lanta Johor, qui s’est vu marqué par le retour de l’aventurier Jeff éliminé au dernier conseil et roulé dans la farine par le stratège Cédric lors de la réunification ! Vendredi 12 juin, c’est donc le spectacle de la vengeance de Jeff contre le « méchant » stratège Cédric que Koh Lanta a mis en scène pour le plus grand plaisir d’une audience légèrement en hausse par rapport à la semaine précédente, avec presque 6 millions de téléspectateurs réunis devant cet épisode plein de rebondissements.

Dans Koh Lanta, il y a souvent des « scénarios expiation » dans lesquels cela finit par se retourner contre les méchants stratèges (c’est même à se demander si ce n’est pas écrit à l’avance). Ainsi, comme par hasard, une candidate (Corinne), qui faisait plutôt office de figurante dans le scénario de l’aventure, s’est fait mal au pied pile au moment où les tensions étaient à leur paroxysme entre les « mâles » de l’aventure. Quelle opportunité ! Ni une ni deux, la production tient alors le parfait scénario monté de toutes pièces : « JEFF LE RETOUR » ! Rambo et compagnie n’ont qu’à aller se rhabiller face au hargneux marseillais qui n’avait qu’une idée en tête : faire sortir le traître Cédric, qui a réussi à l’embobiner, lui, « l’homme de parole », au point de l’amener à sacrifier son pote Alban ! (Parce que, oui, de nos jours, les héros sacrifient leurs amis mais, bien entendu, c’est uniquement par fidélité pour la première amitié qu’ils ont noué sur le jeu !).

Bilan des courses : épisode jubilatoire, avec une « mission impossible » 100 % réussie ! Cette fois, c’est Tom Cruise qui n’a qu’à bien se tenir ! Car, (nouveau hasard ?), les anciens jaunes ont misé sur l’élimination de la jeune Mélissa lors du conseil. Manque de bol, cette dernière était détentrice d’un collier d’immunité ! Et toc, bienfait pour Cédric ! Il apprendra la prochaine fois que, dans Koh Lanta, lorsque l’on se montre trop stratège, cela peut vite se retourner contre soi ! Parce que, quand même, il faut bien qu’il y ait une justice dans ce « monde de brute » dominé par la « survie ». Toute égoïste qu’elle soit, la nature humaine s’avère donc également très en demande de justice : les Judas, c’est très mal vu ! Finalement, peut-être que Cédric n’a pas été si fin stratège que cela en ne masquant pas assez son jeu… Il aurait du tenter de faire comme son acolyte Marc : essayer de faire passer ses idées par le crâne d’un autre. En définitive, un peu comme le font les concepteurs de l’émission lorsqu’ils réussissent à merveille à créer des scénarios à rebondissements en mettant en situation (pour ne pas dire en conditionnant) des personnalités triées sur le volet.

Koh Lanta Johor épisode 7 : réunification et stratégies

Alors que The Island, seuls au monde s’achève, l’aventure Koh Lanta s’est poursuivie ce vendredi 5 juin avec un septième épisode laissant place à la fameuse réunification des équipes rouges et jaunes. Pas de record d’audience (voire une légère baisse par rapport à la semaine précédente), mais le jeu de survie de TF1 reste cependant en tête des parts du marché avec un score de 27,4 %, soit 5,485 millions de fidèles. Dorénavant censée être « neutre », la nouvelle tribu réunifiée commence déjà à donner à voir quelques fallacieuses stratégies ! Bref, adieu larmes de crocodiles et solidarité de groupe, les choses sérieuses commencent et dorénavant c’est chacun pour soi ! Les aventuriers vont ainsi devoir lutter pour leur propre survie et les épreuves se gagneront par conséquent en individuel. C’est donc le moment tant attendu où tout le monde va se tirer allègrement dans les pattes et ça commence déjà très fort avec au programme une double trahison entre « meilleurs potes » de l’aventure (Jeff trahit Alban pour Cédric, mais Cédric trahit Jeff pour son équipe et Alban… Ben Alban il ne trahit personne mais du coup il est sacrifié le pauvre !). Bref, du grand spectacle à la Koh Lanta : un vrai régal !

Avec la réunification des tribus, le principe de Koh Lanta pourrait même se résumer en ces termes : que risque-t-il de se passer dans un contexte où l’homme se verrait soumis à une alternative impossible, qui consisterait à devoir choisir entre sa survie ou celle des autres ? Situation à laquelle on est bien entendu tous très souvent confronté dans nos vies quotidiennes, puisque c’est bien connu que depuis Darwin l’homme n’agit que pour sa survie personnelle et pas pour celle de l’espèce. Enfin… uniquement si l’on croit que l’homme pourrait survivre seul au monde… Personnellement, ici, on a quelques doutes, à moins qu’il ne soit Dieu ou plutôt qu’il se prenne pour Dieu. Mais passons sur cet anodin détail pour nous concentrer sur le portrait que TF1 dresse chaque année de l’insidieuse et égoïste nature humaine mise dans une impossible situation de survie : choisir entre soi ou tout le reste de l’espèce.

Forcément, ce portrait risque de ne pas être très avantageux. Mais, bien évidemment, pareil contexte artificiel entend non seulement nous dévoiler la vraie nature humaine, mais aussi la VRAIE nature des gens que l’on a en face de nous ! Du coup, grâce à Koh Lanta, on est prévenu : dans la vie il faut se méfier des autres ! Car, ce qui ressort de nos vilains penchants n’est pas très reluisant : traitrises, égoïsme, mensonges, sacrifices, stratégies en tout genre pour arriver à ses fins etc. etc. Et oui, dans la VRAIE vie télévisuelle, on apprend que les héros ne sont pas toujours les plus gentils et qu’il faut parfois savoir user de stratégies pour gagner seul contre tous ! Oh… mais alors, serait-ce d’eux-mêmes dont nous parleraient en quelque sorte les producteurs à travers ce vaillant portrait de la nature propre à l’espèce humaine ? A moins qu’ils ne nous parlent de l’homme moderne mis en situation de survie ou conditionné par notre société du spectaculaire ?