Coupe du Monde 2018: France – Pérou : gagner enfin avec la manière ! 

Le match France – Pérou est diffusé sur TF1 et BeIN le 21 juin 2018 à 17h.

C’est déjà l’heure du deuxième match de poule pour l’équipe de France ! Après une première prestation très médiocre, ponctuée toutefois par une victoire importante, les Bleus retrouvent le Pérou. Les Sud-Américains, qui retrouvaient la Coupe du Monde pour la première fois depuis 1982, ont subi une défaite qu’ils n’attendaient pas vraiment. Pour les deux équipes, il s’agit donc de se racheter : soit au niveau du résultat, soit au niveau de la manière.

Le football professionnel est une leçon d’humilité : la France et la Pérou l’ont appris à leurs dépends samedi dernier : contre l’Australie, considérée comme l’équipe la plus faible du groupe, la France a joué un match d’un ennui mortel, ponctué par des prestations très moyennes de ses cadres : un milieu de terrain encore une fois très décevant, notamment Pogba et Tolisso, une défense peu rassurante comme le prouve la main évitable d’Umtiti. Enfin, en attaque, il a clairement manqué un point d’ancrage et ce ne sont pas les gris-gris inutiles de Mbappé qui ont créé le décalage. D’ailleurs, c’est finalement l’entrée d’Olivier Giroud, voire d’un Nabil Fekir généreux dans l’effort qui a fait basculer le match. Alors oui, la victoire 2-1 est acquise et c’est finalement celle-ci qui est importante. Mais la France est loin d’avoir montré sa capacité à rester en lice jusqu’à la finale. Pour l’instant en tout cas…

>> La suite du pronostic du match de la Coupe du Monde 2018: France – Pérou du jeudi 21 juin

Coupe du Monde 2018: Portugal – Maroc : CR7 toujours d’attaque ?

Le match Portugal – Maroc est diffusé sur BeIN le 20 juin 2018 à 14h.

Alors que seulement une petite bande de l’océan Atlantique sépare le Portugal du Maroc, les deux pays ne se sont rencontrés qu’à une seule reprise au cours de leur histoire. C’était déjà dans le cadre du premier tour d’une Coupe du Monde, cette fois-ci en 1986. Au Mexique, c’est le Maroc qui l’avait emporté 3-1 lors du dernier match de poule. Si cela avait permis au Maroc de finir en tête de son groupe, le Portugal était resté à la quatrième et dernière place du groupe.

Bien des choses ont changé depuis 1986, et notamment le niveau des deux équipes. Avant ces retrouvailles entre les deux sélections, tout reste à faire pour les deux équipes, même si le Portugal est dans une situation bien plus enviable que son adversaire du jour. En effet, battus par l’Iran, pourtant considérée comme l’équipe la plus faible du groupe, le Maroc devra croire en l’exploit de battre le Portugal puis l’Espagne pour rejoindre les huitièmes de finale.

>> La suite du pronostic du match de la Coupe du Monde 2018: Portugal – Maroc du mercredi 20 juin

Coupe du Monde 2018: Colombie – Japon, deux équipes qui ne se quittent plus !

Le match Colombie – Japon est diffusé sur BeIN le 19 juin 2018 à 14h.

Au Brésil, lors de la Coupe du Monde 2014, les Colombiens, sans leur star Falcao, avaient été une des très bonnes surprises de la compétition, avec notamment un James Rodriguez meilleur buteur de la compétition. Ce bon parcours colombien aveint notamment été marqué par une rencontre entre la sélection et celle du Japon, qui étaient toutes les deux dans le même groupe. Lors du troisième match de poule, la Colombie avait battu le Japon 4-1, avec un James double passeur puis buteur. A l’occasion de la nouvelle rencontre entre ces deux équipes, mardi 19 juin, les supporters sud-américains attendent forcément une nouvelle victoire.

Et sur le papier, la Colombie part largement favorite, même si la Coupe du Monde 2018 a déjà prouvé que les écarts supposés entre les équipes tendent à être limités. On a par exemple vu l’Iran battre le Maroc ou l’Islande faire match nul contre l’Argentine. Ce doit être un motif d’espoir pour des Japonais en grande difficulté sur et en dehors du terrain depuis de longs mois.

>> La suite du pronostic du match de la Coupe du Monde 2018: Colombie – Japon du mardi 19 juin

Française des Jeux : Place à la solidarité pour les fêtes de fin d’année

Animée d’un esprit de solidarité, la Française des Jeux a choisi d’innover pour les fêtes de fin d’année. Elle lance de ce fait quatre nouveaux modèles de pochettes-cadeaux Illiko vendus à 20 euros. Édités à six millions d’exemplaires, ces modèles seront disponibles dans les 31.100 points de vente que compte la FDJ. Aussi, fort de son partenariat avec l’association ELA, la FDJ propose également dans ses points de vente 18 millions de tickets à gratter solidaire « Unis pour les Fêtes ».

Des quatre pochettes mises en vente, trois sont l’œuvre d’artistes de renom à savoir Marylou Faure, Léa Chassagne, et Thomas Danthony. La quatrième pochette quant à elle a été choisie en mai dernier par les abonnés Facebook. Le lancement sera porté par une campagne publicitaire TV et online baptisée « sauvez le Noel de JP ». Par ailleurs, le spot publicitaire qui sera diffusé du 10 au 31 décembre reprendra les codes de la campagne publicitaire diffusée en avril dernier pour le lancement du jeu à gratter « 10 ans gagnants »

Les pochettes comme facilitateurs de recrutement

Les pochettes sont proposées aux Français depuis plus de 20 ans. Leur vente constitue pour Illiko le premier pôle de recrutement de nouveaux joueurs. En effet, les pochettes vendues par la FDJ sont achetées le plus souvent pour être offertes à des proches. En 2016, le chiffre d’affaires additionnel généré par la vente des pochettes-cadeaux dépassait les 180 millions d’euros, soit une augmentation moyenne de 25% par rapport aux ventes d’une semaine classique.

« Unis pour les Fêtes », un jeu de grattage pour une fin d’année solidaire

La FDJ met sur le marché « Unis pour les fêtes » son tout premier jeu de grattage de fin d’année pour une cause solidaire. La FDJ et sa Fondation pour cette première édition ont choisi de soutenir l’association ELA engagée dans la lutte contre les leucodystrophies. L’association bénéficiera d’un apport d’environ 500.000 euros ; un montant qui sera généré par les ventes de ticket et les mises de jeu. Depuis le 28 novembre, 18 millions d’exemplaires de ce ticket sont mis en vente, dans tous les points de vente FDJ. En misant de 3 euros, on peut gagner jusqu’à 30.000 euros, avec une chance sur 3,58 de gagner un lot. Soit le meilleur pourcentage de gagne parmi les produits FDJ à 3 euros.

Secret Story 9 : Le Debrief versus Le Mag ?

Passé en deuxième partie de soirée (de 23h30 à 1h30) ce vendredi 28 août 2015, le deuxième prime de Secret Story 9 a réuni 1,1 million de téléspectateurs, soit 17,4 % de part du marché. La télé-réalité d’enfermement phare de TF1 a donc encore perdu de l’audience; quasiment 1 million de téléspectateurs par rapport à la semaine précédente. On est loin du show animé par Benjamin Castaldi, malgré les efforts de l’animateur Christophe Beaugrand (qui n’a au demeurant pas la fougue de son prédécesseur) pour tenter d’assurer une pérennité au programme. Quant aux quotidiennes diffusées sur NT1, elles auraient en moyenne cumulé une audience tournant autour des 692 000 téléspectateurs. Prolongeant les quotidiennes, la nouvelle émission « Le Debrief » aurait pour sa part enregistré une moyenne de 539 000 spectateurs.

Reprenant quasiment à l’identique le même dispositif que Le Mag, animé par Matthieu Delormeau sur NRJ12, Le Debrief tente donc de « faire son beurre » sur le grossissement à outrance de quelques pseudos événements (déjà rabâchés dans les quotidiennes) qui se seraient déroulés dans la Maison des Secrets et sur l’invitation d’anciens candidats de télé-réalité. En recyclant de la sorte le concept proposé par Le Mag, TF1 et NT1 chercheraient-ils à faire de l’ombre au programme de Matthieu Delormeau, à piquer son audience à NRJ12 ou à se venger du recyclage que la chaîne opérait déjà sur le dos des candidats de Secret Story ? En tout cas, cette façon de procéder rapproche de plus en plus Secret Story du niveau des Anges de la télé-réalité, tant par rapport au dispositif mis en place qu’ à l’audience enregistrée. Néanmoins, Christophe Beaugrand et sa nouvelle équipe (composée de Julie Taton, Adrien Lemaître et Leila Ben Khalifa) pourront se targuer, pour le moment, de faire du NRJ12 à son meilleur, puisque le score le plus élevé enregistré par Le Mag aurait avoisiné les 630 000 téléspectateurs. Parions cependant qu’NRJ12 réserve quelques ripostes. En effet, malgré le départ de Matthieu Delormeau en Juillet 2015, Le Mag revient, ce lundi 31 août, avec une « nouvelle formule ». Ce sont donc Benoît Dubois (l’ex-gagnant de Secret Story 4) et Capucine Anav (participante de Secret Story 6) qui reprennent le flambeau légué par leur cher « papa Delormeau ».

La guerre pour l’audience d’une télé-réalité, exploitant l’image de jeunes gens formatés à la culture télévisuelle, semble donc déclarée. Et, à moins que ces émissions ne réussissent encore à créer quelques clones auprès de téléspectateurs prêts à envahir coûte que coûte les plateaux tv ou les émissions de télé-réalité pour accéder eux aussi à quelque illusoire place au soleil, parions que cette sorte de rivalité fraternelle finira par signer la fin de l’ère de ces programmes qui semblent dorénavant prêts à s’entretuer…

Secret Story 9 : le début de la fin ?

Comme nous l’avions prévu, l’audience n’était pas vraiment au rendez-vous ce vendredi 21 août sur TF1 lors du lancement de la neuvième saison de Secret Story. Selon certains médias, ce premier prime constituerait même « le pire lancement » de l’histoire de l’émission. La télé-réalité d’enfermement fétiche de TF1 s’est en effet fait devancer par Fort Boyard, diffusé sur France 2 et, pire encore, par un documentaire sur Joe Dassin, diffusé par France 3 ! Il faut croire que « l’été indien » ne réussit pas à ce programme estival, arrivant cette année un peu tardivement… Endemol et TF1 seraient-ils entrain de vivre quelque coucher de soleil sur l’un de leur programme phare ? En tout cas, il faut croire que les téléspectateurs ont préféré prolonger la nostalgie des vacances d’été, plutôt que d’assister à quelque rentrée placée sous le signe de l’hystérie de candidats branchouilles et formatés aux critères clinquants de l’esthétique télévisuelle. Candidats, qui, au demeurant, eux, vont pouvoir se payer le luxe de prolonger de quelques mois leurs vacances, pendant que le commun des mortels reprendra le rythme « métro-boulot-dodo » ! Mais peut-être que le commun des mortels commence justement à se lasser des privilèges stériles des gens de la télé…

Il semble en effet loin le temps où la curiosité avait réuni 5 millions de téléspectateurs devant le lancement du Loft. Avec seulement 2,16 millions de fidèles, soit 12,9 % de part du marché pour son lancement, Secret Story 9 risque bien d’entrer dans quelque chute libre … Parions que les producteurs de l’émission tenteront néanmoins d’alimenter quelques « Buzz », notamment en jouant sur la plastique de leurs marionnettes enfermées. Ça commence d’ailleurs déjà avec les seins et les fesses de l’une des candidates, l’italienne Claudia Romani, apparemment rodée aux selfies sur les réseaux sociaux. Mais peut-être que le public commence également à se lasser des bimbos formatées ?

En attendant, les soi-disant « surprises » au niveau des secrets des candidats et règles du jeu inédites, promises par la production, ne ressemblent qu’à de pâles copies de ce qui a déjà été vu et revu… Au programme, la production tente donc à nouveau de jouer sur la séparation d’un couple, en envoyant le mec de la bimbo à gros seins en question à Doubaï avec une blonde dans le but de chercher quelques pseudos indices, qui résonnent surtout comme des prétextes pour alimenter un scénario prévu à l’avance. Les candidats se voient également séparés dans deux maisons distinctes (ça commence un peu plus tôt que d’habitude mais chaque année c’est la même chose…). Et pour finir, une ancienne candidate, soi-disant méconnaissable teinte en brune, s’est infiltrée « incognito » dans la maison parmi les petits nouveaux (la prod était-elle à ce point à court de secrets et de candidats ?). Remarque, le coup de la teinture pour monter un secret de toutes pièces, ça aura peut-être l’avantage de permettre à TF1 et Endemol d’anticiper sur les économies à faire en cas de disette d’audience… Car, apparemment, les navets ne passent plus…

Lancement de la neuvième saison de Secret Story

Cette année 2015, l’été sur TF1 se sera quasiment entièrement déroulé sans candidats filmés entrain de passer quelques pseudo-vacances à s’ennuyer ou à s’étriper devant des caméras, pendant qu’ils sont enfermés dans quelques Loft ou « maison des secrets », dans laquelle règne une atmosphère de faux-semblants saupoudrée d’une pointe de paranoïa. En effet, depuis le départ de Benjamin Castaldi, l’animateur vedette de Secret Story, la neuvième saison de cette emblématique émission de télé-réalité d’enfermement a été déplacée à la fin de l’été. C’est donc ce vendredi 21 août que l’émission fera son retour sous la houlette du présentateur Christophe Beaugrand. Autre changement, si les primes resteront diffusés sur TF1, les quotidiennes seront, quant à elles, déplacées sur la chaîne NT1 de 18h10 à 19h50. Ces dernières se verront donc allongées par une sorte de « débriefing », lors duquel seront présents aux côtés de Christophe Beaugrand : Adrien Lemaitre, Julien Taton, ainsi que l’ex-gagnante de Secret Story 8Leila Ben Khalifa. L’émission aurait-elle ainsi subi quelque déclassement ? En effet, malgré des primes encore prévus sur TF1, parions que l’audience risque d’être moins présente au rendez-vous…

La télé-réalité d’enfermement aurait-elle enfin achevé son règne après 14 années d’intenses diffusions, consacrées par l’avènement du Loft en France ? Diffusé pour la première fois en 2001 sur M6, le « Loft« , qui s’est depuis transformé en « Secret story« , reprenait le modèle néerlandais de l’émission « Big Brother« , créée en 1997 par John de Mol. A moins, que les producteurs de l’émission aient enfin accepté de reléguer leur télé-réalité fétiche au rang des programmes criards et clinquants, du type les Anges ou les Ch’tis, de leurs concurrents ? Car, à bien y regarder, mis à part quelques moyens probablement investis en plus pour faire tout le « sel » promotionnel de Secret Story, l’émission ne volait finalement pas beaucoup plus haut que ses concurrentes et perdait au fil du temps de son audience et de son prestige…

Il faudra donc surement encore un peu attendre avant de faire le deuil de la télé-réalité, qui a d’ailleurs fini par contaminer de son principe une grande majorité des programmes télévisuels, mais en attendant les vacances d’été pourront dorénavant peut-être encore se dérouler au calme ! Quant aux producteurs de Secret Story 9, ils nous font miroiter pour la rentrée quelques changements dans la conception de ce sempiternel programme. A la clef, quelques règles du jeu se verraient soi-disant inédites et quelques « surprises » au niveau des pseudos secrets des candidats seraient à prévoir…

Qui est la taupe ? Bilan du nouveau jeu d’aventure proposé par M6

Mercredi 5 juillet, M6 diffusait la finale de son nouveau jeu télévisuel : « Qui est la taupe ? », adapté de l’émission néerlandaise « Wie is de mol ». Diffusée par M6 depuis le début du mois de Juillet, l’émission inédite en France proposait un concept de « jeu de rôle » du type « Cluedo » grandeur nature. Dans une ambiance un tantinet teintée de paranoïa, 10 candidats se sont ainsi vus au fil de la saison tenter de remporter des missions pour remplir la cagnotte du groupe, dans lequel une taupe infiltrée jouait pour son propre compte : « Il y a quelqu’un qui joue double jeu. Elle [la taupe] doit tout faire pour planter les autres et pour gagner de l’argent pour son propre compte », expliquait l’animateur vedette de l’émission, Stéphane Rotenberg. A la fin du jeu, la taupe peut donc remporter sa cagnotte si elle n’a pas été démasquée par l’un des candidats du groupe. A l’inverse, l’un des candidats du groupe peut remporter l’argent accumulé dans la cagnotte du groupe s’il découvre qui est la taupe. Ce nouveau concept, sur lequel la chaîne aurait beaucoup investi, a-t-il réussi à séduire les téléspectateurs ?

Si la chaîne aurait visé les 3 millions de téléspectateurs pour rentrer dans ses frais, le bilan de l’émission a réalisé une moyenne tournant plutôt autour des 2 millions de téléspectateurs. Cette moyenne honorable pourrait donc entraîner la reconduction pour une deuxième saison de ce nouveau jeu d’aventure. Lors de la finale, qui a permis à M6 de remporter 12,9 % de part du marché, les téléspectateurs curieux ont donc pu découvrir l’identité de la taupe sélectionnée par la production. Cette dernière a pris les traits de Muriel, une innocente et charmante quinquagénaire en apparence insoupçonnable, mais qui a cependant été démasquée par ses coéquipiers. C’est donc le sportif Morad qui a remporté la cagnotte du groupe.

Bien qu’encore très teinté de valeurs basées sur l’individualisme et la méfiance vis-à-vis des autres, le jeu a cependant le mérite de proposer quelques missions ludiques et originales, rappelant notamment ces Live Escape Game (ou « jeux de rôle grandeur nature ») de plus en plus à la mode dans nos sociétés occidentales. En outre, ce nouveau concept a la malice de mettre en abyme, sous forme de jeu, ce sur quoi surfent une grande partie des émissions télé-réalité de nos jours : la cruelle compétition et le jeu sur les apparences dont il faudrait se méfier. Ici, le contexte paranoïaque fait donc partie intégrante des règles du jeu et on cherche en quelque sorte à s’en amuser. Résultat : les dupes retrouvent un peu de liberté en acceptant d’être dupés, mais seulement pour un temps et les taupes, de leur côté, se libèrent également d’un masque qui dès lors ne leur colle plus indéfiniment à la peau…

Quelques suites de l’affaire Benattia-Vergara

Neuf mois après le drame survenu en Novembre 2014, à la suite duquel la starlette de télé-réalité, Nabilla Benattia, a été incarcérée en détention provisoire à la prison de Versailles pour soupçon de « tentative d’homicide volontaire » sur son conjoint Thomas Vergara, les amants terribles de la téléréalité font encore la une des « faits divers ». En effet, alors que les deux amants sont soumis à une décision de justice leur interdisant de rentrer en contact, de récentes photos circulant sur la toile, qui dateraient de la mi-Juillet 2015, les montraient réunis à Aix-en-Provence. Une rumeur concernant une plainte qui aurait été déposée à l’encontre du couple par une cinquantenaire, qui aurait eu une altercation avec eux lors de la projection d’un film dans un cinéma d’Aix-en-Provence, fait également la une des médias. Défrayant encore la chronique, les amants terribles seraient-ilsvictimes de leur surmédiatisation ? Passionnelle, leur relation ne cesse en tout cas d’inquiéter leurs proches. Entre addiction aux médias et dépendance amoureuse, jusqu’où le couple sera-t-il poussé à aller ? Et, comment la justice, qui, face à cette affaire se voit autant confrontée à quelques symptômes propres à une relation passionnelle, qu’à quelques phénomènes sociaux prompts à enflammer et à alimenter pareille relation médiatisée, réussira-t-elle à barrer cet étalage de jouissance ? Ce sont en tout cas de réelles questions de fond que cette affaire, réduite par les médias à quelque étalage spectaculaire, révèlerait en réalité.

Ainsi, comme en réponse à ces photos qui enflammaient la toile, fin Juillet, les médias nous apprenaient que la justice renvoyait le dossier « Benattia-Vergara » au tribunal correctionnel de Nanterre. Échappant donc de peu aux Assises, la starlette se verra jugée pour « violences volontaires aggravées sur son compagnon ». Le procès devrait se dérouler en 2016 et Nabilla risquerait ainsi 7 ans de prison et 100 000 euros d’amende. Pareille décision, intervenant juste après l’exposition publique de la supposée transgression par les amants de l’interdiction judiciaire de se voir, serait-elle une façon de signifier au quidam, que, sous l’apparente impunité de ce couple médiatisé, qui semble donc prompt à se jouer des « Lois », une complexité tant humaine que sociale se jouerait ?

Parions que la justice risque encore avec cette affaire de connaître quelque cas de conscience… Car, en laissant le couple (se) jouer des interdits qu’elle énonce pourtant, elle reconnaît quelque part l’engrenage médiatique dont ils sont les victimes et se refuse à raison de les punir sans méditer cela. Cependant, sans énoncer de limite et sans barrer l’étalage médiatique de la jouissance, la justice semble encore permettre à ces « gens de télé-réalité », (qu’ils soient producteurs invétérés d’émissions risquant la vie des candidats qui y participent ou stars de la « télé-poubelle » en proie à quelques symptômes dont les médias sont friands dans l’unique but de faire de l’audience), de narguer en toute impunité le commun des mortels et la « Loi » à laquelle, eux, se voient soumis…

Koh Lanta Johor : une finale controversée

Vendredi 24 juillet, l’épopée « Koh Lanta Johor » s’achevait devant 6,1 millions de fidèles. La finale de l’émission a donc enregistré un record d’audience par rapport à l’ensemble des épisodes de la saison en remportant 34,7 % de parts de marché. Une clôture en beauté pour TF1, mais une finale cependant controversée du côté de certains candidats et des internautes. Eh oui, cette année, la finale s’est jouée entre les deux candidats les plus controversés de l’aventure : Marc et Chantal, les « parents nourriciers » symboliques du camp. Ce sont donc les « deux méchants » de l’aventure qu’un jury final, pétri de rancœur et d’aigreurs d’estomacs (les bons petits plats de survie concoctés par les deux « méchants parents nourriciers » du camp leur seraient-ils restés en travers de la gorge ?) se sera vu départager.

Ainsi, bien que l’ex-triple championne de Kick-boking, Chantal, ait remporté l’épreuve des poteaux face à Mélissa, c’est son acolyte Marc, qui a été choisi par dépit par le jury final pour remporter les 100 000 euros. Par dépit, parce qu’apparemment, certains candidats de l’aventure ont jugé que c’était « le moins pire des deux ». Victoire bien amère donc pour ces candidats du jeu de survie de TF1, qui se voient la cible des « crachats » des internautes et des autres candidats (Chantal aurait même porté plainte pour insultes et fermé ses comptes Facebook et Twitter ).

Eh oui, de nos jours, participer à une émission de téléréalité, c’est aussi cela : accepter que la production fasse de son image une jolie caricature dans le panneau de laquelle il y a apparemment encore de nombreux téléspectateurs qui tombent… Les deux « méchants héros » font donc office de parfaits boucs émissaires, sur lesquels peuvent se déchaîner les foudres d’un public apparemment en manque d’exutoire. A croire qu’être sacré « le plus fort » d’un jeu de survie artificiel, consacrant des valeurs archaïques, conditionnant des candidats naïfs et dressant un pathétique portrait de la nature humaine en condition de survie, est une place fortement enviée et jalousée … Cette victoire fait donc à nouveau crouler la toile sous le poids de faux débats, basés sur un pseudo-jeu qui réinterprète littéralement en les dénaturants les notions darwiniennes de compétition et de sélection naturelle, en nous faisant croire qu’il y a des forts et des faibles, des gentils et des méchants, des méritants et des pas méritants etc. etc. etc. et tout ça pour mieux endormir les cerveaux pendant les coupures pubs !

Résultat : peut-être qu’au final le public est tout aussi conditionné et leurré par les paillettes et les charmes du spectaculaire télévisuel, que les candidats contre lesquels il s’acharne… Dans tout ça, il y en a qui doivent bien se marrer (et surtout s’en mettre plein les poches !) : les producteurs ! Car les vrais winners de notre compétition capitaliste sélective ce sont bel et bien eux …