Touche pas à mon poste : La séquence de l’omelette

Ce mercredi 19 mars 2014, Cyril Hanouna et toute sa bande proposaient un nouveau numéro de Touche pas à mon poste, l’émission consacrée à la télévision et véritable pilier de la chaîne D8. Pour l’occasion, Anthony Kavanagh, Norbert Tarayre et Jean Imbert étaient invités. Bien évidemment, les chroniqueurs allaient débattre au sujet de différents programmes télés, d’autant plus que les invités étaient présents afin de défendre les émissions qu’ils allaient animer prochainement. Mais, à son habitude, Cyril Hanouna allait encore une fois faire le show en proposant notamment un happening particulier à Norbert et à Jean.

Le principe de cette séquence, qui opposait Norbert et Jean à Isabelle Morini-Bosc et Gilles Verdez consistait à réaliser une omelette en une minute, tout en étant attaché à son partenaire tel un frère siamois. Après seulement dix secondes, le jeu dérapait déjà et virait à la foire d’empoigne entre les candidats qui n’arrivaient pas à bouger, chutaient, et se jetaient des œufs et de la farine, sous les yeux d’un public hilare et le rire bruyant du présentateur.

Certes, la séquence ne brille pas par sa subtilité et sa finesse, mais elle a l’énorme avantage de respecter son engagement principal : elle fait rire. Car la force de TPMP se situe bien dans cette capacité du programme à alterner les passages sérieux et les moments loufoques. Portée par un Cyril Hanouna qui ne cesse de changer l’ordre des chroniques, d’inventer des jeux tous plus fous les uns que les autres, de rallonger des séquences et d’en supprimer d’autres, l’émission est probablement le programme le plus vivant existant aujourd’hui à la télévision.

Par ailleurs, Cyril Hanouna n’est pas qu’un trublion cherchant à amuser les spectateurs, c’est aussi l’un des rares à proposer aux spectateurs un programme parlant de manière décontractée et sincère de la télévision. En témoigne par exemple le débat précédant le jeu et dédié à la critique (positive comme négative) du rôle d’animateur de Jean-Luc Reichmann sur TF1. Finalement, la séquence potache de l’omelette ne restera sûrement pas dans les annales, mais elle aura répondu parfaitement à l’expression favorite d’Hanouna : « La télé, ce n’est que de la télé ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *