« Dropped » : au cœur de la polémique

Après le choc provoqué par l’accident d’hélicoptère, qui aura entrainé la mort de dix personnes lors du tournage du jeu d’aventure « Dropped », la polémique autour des dangers intrinsèques à ces émissions de télé-réalité d’aventure bat son plein, notamment depuis les récentes déclarations du frère de Florence Arthaud. Interviewé par BFMTV ce 20 Mars 2015, Hubert Arthaud confie effectivement son « intime conviction » quant aux « conditions de sécurités du tournage ».

« On est dans une chasse à l’image. On a complètement zappé les règles de sécurité […] J’ai l’intime conviction que l’organisation n’a pas fait de briefing comme ça aurait dû l’être dans les règles de l’art, à savoir la priorité c’est la sécurité. Et si le briefing de sécurité avait été fait, l’accident ne se serait pas produit, ça, c’est une évidence. », affirme-t-il. Face à cette dénonciation pointant le fonctionnement et les principes régissant ce type d’émission, c’est-à-dire une course à l’image sensationnelle quitte à défier tous les dangers, voire la mort elle-même, si l’on en croit l’intéressante analyse de la critique des médias Clara Schmelck, Alexis Firmin-Guion se défend, quant à lui, par « la preuve par l’image ». « Une vidéo, transmise à la justice, montre que les hélicoptères décollent avec quarante-sept secondes de décalage. Face à une intime conviction, j’ai une image. Mais je partage avec Hubert Arthaud le souhait que toute la lumière soit faite. », rétorque-t-il.

Étonnante réponse, qui cristallise précisément le cœur même de la polémique secouant l’univers télévisuel. En effet, derrière la colère et la tristesse des familles couve également l’idée d’une mort absurde, celle de « vies sacrifiées […] bêtement pour une chasse à l’image », comme le souligne le frère endeuillé de Florence Arthaud. Ainsi, ce sont précisément ces images d’une réalité dont ce type d’émission entend faire un spectacle, qu’invoque comme preuve pour sa défense Alexis Firmin-Guion. Or, si la réalité devient le spectacle peut-on encore invoquer ces images comme preuve d’un réel neutre et parfaitement lisible sur lequel aucune influence n’aurait été exercée ? A moins que pareille réponse laisse finalement entrevoir que les risques inhérents à ce jeu n’ont bel et bien pas été pensés… Car c’est précisément cela que remet en cause et questionne le frère de la navigatrice décédée : si les risques avaient été pensés plutôt que bêtement filmés peut-être que sa sœur serait encore en vie…

N’ayons ici pas peur des amalgames : oui la télé-réalité est dangereuse pour les candidats qui y participent, que cela soit psychiquement ou physiquement. Quoiqu’il arrive on y perdra des plumes, que cela soit son image, sa réputation ou sa vie, du moins tant que ces risques inhérents à la télé-réalité ne seront pas pensés..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *