« Dropped » : mortelle télé-réalité ?

Suite au drame survenu ce Lundi 9 Mars 2015 en Argentine, lors du tournage de l’émission de télé-réalité « Dropped », qui aura scellé la mort de dix personnes dans un accident d’hélicoptère, dont les trois icônes sportives françaises, Camille Muffat, Alexis Vastine et Florence Arthaud, les débats concernant les dangers et le respect des règles de sécurité lors des tournages de ce type d’émission se réactivent. Jamais télé-réalité n’aura autant rimé avec jeu dangereux…

Deux ans après le drame qui aura coûté la vie à Gérald Babin, lors du tournage de « Koh Lanta » au Cambodge et qui se sera soldé par le suicide du médecin en charge des candidats de l’émission, Thierry Costa, des doutes concernant le respect des règles de sécurité planent à nouveau sur la société de production Adventure Line Production (ALP), qui était également en charge du jeu de survie « Koh Lanta ». Basées sur un concept similaire, les règles du nouveau jeu d’aventure proposé par TF1, consistaient à lâcher en pleine nature des sportifs de haut niveau, avec un minimum d’équipement et de nourriture, afin de mettre à l’épreuve leur capacité d’adaptation dans des conditions extrêmes.

Ainsi, si l’enquête n’a pour le moment pas encore révélé de failles au niveau du respect de la sécurité des candidats, le danger réside cependant au cœur même du principe animant ce type de jeu de survie. Que le drame soit un accident ou non, la question des dangers intrinsèques à ces émissions reste légitime, quoiqu’en dise la sociologue Nathalie Nadaud-Albertini, toujours prompte à défendre ces types de programmes « de la haine » des téléspectateurs dont ils seraient victimes. Pour cette dernière, la télé-réalité serait donc le bouc émissaire idéal face à la difficulté d’ « accepter l’horreur » d’un tel drame. A l’entendre, on plaindrait presque les pauvres producteurs d’ALP qui gagnent des millions pour risquer la vie d’inconscients candidats qui n’avaient qu’à réfléchir avant ! Quant au spécialiste des médias, François Jost, il invoque de son côté la demande du public qui serait friand de ces émissions mettant en scène l’extrême. Serait-ce une nouvelle façon de dédouaner des producteurs avides de brasser des millions sur le dos d’une audience en manque de sensations fortes ? Pauvres producteurs qui ne font que répondre à la demande des capricieux consommateurs-téléspectateurs que nous sommes !

Bien heureusement, il y a encore quelques journalistes du Monde qui s’interrogent sur le respect des règles de sécurité et les rouages d’ « une tragédie dans l’histoire de la télé-réalité ». Peut-être serait-il également intéressant d’enfin penser ce que ces émissions révèlent de notre société de surconsommation… Car, si besoin il y a de contempler la survie, c’est peut-être qu’elle en devient omniprésente à force de se voir déniée par notre confortable jungle capitaliste… A ce propos, un intéressant documentaire, diffusé cette semaine par Arte, sur les effets thérapeutiques du jeûne, nous rappelle à quel point notre corps et nos gènes, eux, ont une mémoire de cette survie oubliée…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *