Dropped : les familles des victimes choquées par l’indécence de TF1

A la veille du grand retour de Koh Lanta, dont la diffusion est prévue ce vendredi 24 Avril et suite aux déclarations du PDG de TF1, Nonce Paolini, qui a récemment affirmé sur BFM Business qu’il y aurait peut-être un Dropped 2, les familles des victimes du crash d’hélicoptère sur le tournage de Dropped manifestent leur colère.

Après la plainte déposée par Hubert Arthaud contre la société de production ALP en charge de l’émission commandée par TF1, la famille du boxeur Alexis Vastine s’est également constituée partie civile. Interviewé dans L’Express, Benjamin Sarfati, leur avocat, fait part du choc de la famille suite aux propos suivants de Nonce Paolini, qui dénient toutes responsabilités dans le déroulement du drame : « Il ne s’agit pas d’un problème de sécurité, mais probablement d’une erreur d’appréciation du pilote. Nous ne sommes en aucun cas responsables de ce drame humain, qui fait partie des accidents de la vie. »

« La famille d’Alexis Vastine a été profondément choquée par cette déclaration. Elle ne comprend pas comment on peut affirmer sérieusement qu’il s’agit d’un accident d’hélicoptère comme il peut s’en produire sur la planète ici ou là, alors même qu’on ne sait pas encore précisément ce qui s’est passé et que les enquêtes débutent à peine. […] Il y a eu dix morts sur Dropped, et on parle déjà de Dropped 2. C’est absolument incompréhensible, tout cela va trop vite. » s’indigne maître Sarfati. Suite à ces propos, Le Point s’interroge de son côté sur la possibilité d’un combat qui ne serait plus uniquement mené contre ALP mais aussi contre TF1. Ce que laissent en effet à penser les dénonciations de l’avocat de la famille Vastine soulignant l’indécence de TF1, qui non seulement s’empresse de diffuser une nouvelle saison de Koh Lanta, mais aussi de redonner toute sa confiance à une société de production sur laquelle pèse pourtant de lourdes charges : « TF1 aurait dû observer une parenthèse, un délai de décence dicté par la pudeur. Car la douleur des familles des victimes est trop vive et la plaie grande ouverte. En reprogrammant Koh-Lanta, on a le sentiment que la chaîne n’agit qu’en fonction d’impératifs économiques liés aux audiences, sans tenir compte des accidents passés, de la mort de Gérald Babin, ni du suicide [du médecin de l’émission]. » En rappelant les drames passés, l’avocat des Vastine inviterait-il à ouvrir les yeux sur ce que les industriels de l’audiovisuel semblent considérer comme un malencontreux acharnement du sort ?

Décidément, la lucrative industrie de la télé-réalité ne cesse de s’ingénier à imposer ses propres intérêts économiques, quitte à narguer la justice ou à défier la pudeurvoire la mort… A croire que faire de la télé dispense de bien des aléas qui pèsent pourtant sur le commun des mortel…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *