Koh Lanta Johor : les récents drames ont-ils eu un impact sur le montage de l’émission ?

Le très attendu Koh Lanta a fait son grand retour ce Vendredi 24 Avril. Force est de constater que la « magie » ou la fascination ont encore opéré sur les téléspectateurs puisque le jeu de survie phare de TF1 a de nouveau réussi à se situer en tête d’audience en raflant 27, 6 % de part du marché, soit pas moins de 5,8 millions de téléspectateurs. Un score cependant mitigé puisqu’il s’avère l’un des plus bas depuis 2003. L’émission a en effet perdu un million de téléspectateurs par rapport au lancement de sa dernière édition spéciale, qui en avait réuni 6,9 millions. Alors, la faute aux vacances scolaires, à la lassitude des téléspectateurs face à un concept répétitif ou aux récents drames qui ont engendré quelques polémiques ?

Quoiqu’il en soit TF1 et ALP ont démontré avec ce premier épisode qu’ils n’avaient rien perdu de leur capacité à créer le show et la fascination, malgré (ou grâce à ?) un concept répétitif enfermant les candidats dans une rivalité compétitive pour la première place, puisque, quoiqu’il arrive, dans Koh Lanta, de survivant, « il n’en restera qu’UN !» Ainsi réduits à s’entre éliminer, les candidats séparés en deux équipes rouge et jaune s’ingénient dans moult stratégies pour désigner à l’issue des épreuves non remportées le bouc émissaire qui devra quitter l’équipe, alors handicapée de l’un de ses joueurs. Ce Koh Lanta Johor n’a donc pas manqué à la règle du sempiternel conseil et a la constitution de deux équipes dont l’une apparait d’ores et déjà plus désorganisée que l’autre. Les premières tensions entre candidats ont aussi fait leur apparition et le spectateur a pu contempler le même fascinant scénario se répéter malgré les nouveaux candidats. Le choc des générations et des cultures n’a pas non plus manqué d’alimenter les tensions entre jeunes et moins jeunes, hommes et femmes et soi-disant forts et faibles, etc., etc., etc., (comme dirait Godard dans « Histoire(s) du cinéma »…). Bref, du VRAI Koh Lanta 100 % pur jus !

Néanmoins, quelques petits changements sont apparus, laissant peut-être entrevoir que les récents drames ont eu un impact sur la façon de monter l’émission ou du moins un impact sur la stratégie marketing déployée pour redorer l’image véhiculée par l’émission. Ainsi, quelques gros plans des blessures des candidats semblent s’être immiscés dans le montage avec insistance, tel notamment l’œil révulsé de Corinne, à moitié éborgnée par un coup de bâton lors de la tentative de faire du feu, ou encore telle la main blessée de Jeff qui s’est ouvert avec une machette. Et oui, comme le dirait l’une des candidates, que la production a choisi de ne pas couper au montage : « Pour faire Koh Lanta il faut être fou ! ». Alors, nouvelle stratégie marketing honnête pour montrer que faire Koh Lanta comprend des risques bien réels ou façon d’invoquer la folie personnelle des candidats pour mieux dédouaner les producteurs de leurs responsabilités ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *