Nabilla Benattia : un dérapage incontrôlé à cause de la pression médiatique ?

Vendredi 24 Avril, Nabilla Benattia faisait sa première apparition publique depuis son incarcération. C’est à Paris, au salon What The F…, qu’elle a fait un timide retour, lors duquel elle ne s’était pas encore exprimée. Placée sous contrôle judiciaire et dans l’attente de son procès depuis qu’elle est soupçonnée de « tentative d’homicide involontaire » sur son compagnon Thomas Vergara, la starlette a choisi d’accorder une interviewe exclusive à Frédéric Beigbeder, le directeur du magazine Lui, dans laquelle elle revient sur son parcours et s’exprime sur son incarcération.

Bien que les sites people évoquent un retour décontracté et en forme de la starlette de télé-réalité qui ne cesse de faire le buzz, les récentes photos de cette dernière laissent cependant entrevoir sous l’épaisseur de son maquillage et sous son sourire de mise, un visage plus marqué et fatigué que ce que les apparences laissent à penser, comme si quelque chose d’une juvénilité s’était envolé depuis les derniers événements dramatiques. Nabilla Benattia confie ainsi à Frédéric Beigbeder les moments douloureux passés en prison, son effondrement et son envie d’en finir. Comment, en effet, ne pas être marqué par le vécu de pareils moments ? Tout en clamant son innocence et ses sentiments toujours présents pour son compagnon, la starlette invoque cependant la pression médiatique comme facteur déclencheur de ce « dérapage incontrôlé » : « ça a dégénéré parce qu’il y a eu des médias, cette tension. Ce n’est pas facile de marcher tous les jours, tête baissée dans la rue, de se cacher. Moi, on me reconnaît à ma voix, à ma simple odeur. […] Ils me reconnaissent à mes ongles, mes tatouages. C’est oppressant, ça crée une tension et tu deviens ouf. » Ces affirmations laisseraient-elles entrevoir que derrière le drame se profilerait aussi le procès des médias et de la télé-réalité ? Si Nabilla Benattia reste floue quant à son passage à l’acte et se pense avoir été injustement incarcérée pour« donner l’exemple », elle dévoile cependant sous le strass et les paillettes un univers plus oppressant qu’il n’y paraît. 

La notoriété télévisuelle, même lorsqu’elle s’avère ne reposer que sur la vente d’une prétendue image « telle que l’on est », représente « un boulot à plein temps » comme le souligne la starlette, qui ne regrette pas pour autant cette exposition médiatique permanente dont elle est l’objet. Comment le pourrait-elle lorsqu’elle confie gagner 100 000 euros par mois ne serait-ce qu’avec la vente de sa ligne de vêtement ? « J’ai réfléchi et je me suis dit que la vie, ce n’est pas que la télé. Les médias, c’est une partie intégrante de ma vie mais ce n’est pas ma vraie vie », confie-t-elle cependant. La starlette envisage dorénavant une reconversion dans l’univers cinématographique. En attendant, rappelons que le procès devrait se dérouler d’ici fin 2015 à début 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *