Koh Lanta Johor épisode 11 : un vote à la motivation des candidats ?

A l’approche de la fin de l’aventure Koh Lanta 2015, les aventuriers sont plus que jamais à cran et le jeu de survie proposé par TF1 voit son audience en hausse. Diffusé le vendredi 04 juillet en plein épisode caniculaire, le onzième épisode de Koh Lanta Johor a ainsi réuni 5,1 millions de survivants à la canicule et remporté 26 % de parts du marché de l’audience selon le site Médiamétrie. Les téléspectateurs anesthésiés par la canicule auront ainsi pu s’identifier aux capacités de résilience des derniers survivants amaigris et déshydratés de TF1. Et, face à la dure « loi de la survie », lors de cet énième conseil, les critères d’élimination semblent avoir été basés sur la motivation des candidats.

C’est en effet l’ex jaune Christophe, affaibli par la faim et par sa première blessure à la cheville, qui s’est vu éliminé quasiment à l’unanimité, alors que les nouvelles alliances qui avaient vu le jour lors du dernier épisode (notamment entre les doyens de l’aventure, Bruno, Chantal et Marc) laissaient à penser que les prochains aventuriers sur la liste éliminatoire seraient les deux ex rouges Mélissa ou Jessica. Or, cette année, les votes lors du conseil révèlent des choix éliminatoires dépassant souvent les simples alliances stratégiques par équipes d’origine. En effet, interviewé suite à sa sortie du jeu, Christophe avoue avoir proposé à ses compagnons d’aventure de mettre son nom dans l’urne. Arrivé à ses limites, le nordiste confie : « Je ne pouvais pas prendre la place de quelqu’un qui se défonce. »

Après des votes au bluff, au mérite, par affinité, ce sont dorénavant des votes à la motivation qui se dessinent. Les liens entre équipes d’origine étant distendus, chacun semble en effet se confronter à ses propres limites. Les candidats se voient alors composer avec leurs capacités de résistance face à la particularité du contexte, avec la singularité de leur vécu personnel et dans l’aventure et avec ce que leur corps peut endurer. Ainsi, si pour une candidate comme Chantal, abandonner, se plaindre ou reconnaître que l’on est à la limite de ses capacités, résonne avec « s’écouter de trop », écouter son corps peut cependant également être une force. A trop prôner pour la surdité face aux besoins de son propre corps, l’ex triple championne de Kick Boxing est au demeurant en passe de risquer l’amputation suite à une blessure au doigt qu’elle n’a pas soigné à temps.

Ainsi, si les discours véhiculés par l’émission tendent à nous pousser à croire que l’on peut toujours dépasser ses limites et devenir le plus fort si l’on contrôle son mental, son corps et ses émotions, apprendre à composer avec son vécu et ses limites physiques et psychiques résonne également comme une forme de sagesse. Nous renvoyons à ce propos au très intéressant documentaire « Ce que mes gènes disent de moi », en ce moment diffusé par Arte, qui nous rappelle que nous sommes tous différents tant génétiquement qu’au niveau de notre vécu. Le tout serait donc d’apprendre à faire de nos limites une force afin d’interagir au mieux avec nos jungles environnementales et sociales…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *